vladimir

This user hasn't shared any biographical information

Homepage: http://www.colorectal-cancer.ca


Posts by vladimir

Sites d’intérêt pour le cancer colorectal

Canada

Association canadienne du cancer colorectal
Cette association propose une foule de services aux personnes atteintes et à leur famille. Par exemple, il est possible d’être jumelé avec un bénévole qui peut aider à trouver l’information et les services voulus.
www.colorectal-cancer.ca

Société canadienne du cancer
En plus d’encourager la recherche et la prévention du cancer, cet organisme bénévole apporte du soutien affectif et matériel aux personnes atteintes de cancer depuis sa création, en 1938. Chaque province compte son bureau local. Leur service d’information téléphonique, destiné aux gens atteints de cancer, à leurs proches, au grand public ainsi qu’aux professionnels de la santé, est bilingue et gratuit. La référence pour trouver réponse à ses questions sur le cancer.
www.cancer.ca

Fondation québécoise du cancer
Créée en 1979 par des médecins qui voulaient redonner de l’importance à la dimension humaine de la maladie, cette fondation offre plusieurs services aux personnes atteintes d’un cancer. Les services offerts varient selon les régions. Par exemple, de l’hébergement à faible prix pour les personnes atteintes et leurs proches, de la massothérapie, des soins d’esthétique ou du Qi Gong.
www.fqc.qc.ca

Guide Santé du gouvernement du Québec
Pour en savoir plus sur les médicaments : comment les prendre, quelles sont les contre-indications et les interactions possibles, etc.
www.guidesante.gouv.qc.ca

France

Association pour la Prévention, le traitement et l’Étude des Polyposes Familiales
Pour en savoir plus sur les polyposes familiales.
http://aptepf.free.fr

Association HNPPC :
Pour en savoir plus sur le cancer colorectal héréditaire sans polypose.
http://hnpcc.france.free.fr

Guerir.fr
Créé par le Dr David Servan-Schreiber, psychiatre et auteur, ce site Internet met l’accent sur l’importance d’adopter de bonnes habitudes de vie pour prévenir le cancer. Il se veut un lieu d’information et d’échanges sur des approches non conventionnelles pour lutter contre le cancer ou le prévenir.
www.guerir.fr

La ligue contre le cancer
Pour de l’information et des services aux personnes atteintes de cancer.
www.ligue-cancer.asso.fr

Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer
www.fnclcc.fr

États-Unis

Le CancerNet et L’Office of Cancer Complementary and Alternative Medicine
Ces sites (en anglais) du National Cancer Institute (États-Unis) contiennent de nombreuses pages sur les traitements alternatifs.
www.cancer.gov
www3.cancer.gov

International

Le Centre international de recherche sur le cancer
Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) (L’International Agency for Research on Cancer (IARC)) est membre de l’Organisation mondiale de la Santé.
www.iarc.fr

Statistiques sur le cancer colorectal

Statistiques sur le cancer colorectal

Selon la Société canadienne du cancer, en 2009, au Canada, on estime à 22 000 le nombre de personnes qui recevront un diagnostic de cancer colorectal et à 9 100 le nombre de personnes qui en mourront. Le cancer colorectal est la deuxième cause de décès par cancer, sans égard au sexe.

* On estime à 9 900 le nombre de femmes qui recevront un diagnostic de cancer colorectal et à 4 200 le nombre de celles qui en mourront.
* On estime à 12 100 le nombre d’hommes qui recevront un diagnostic de cancer colorectal et à 4 900 le nombre de ceux qui en mourront.
* En moyenne, chaque semaine, 423 Canadiens (hommes ou femmes) recevront un diagnostic de cancer colorectal.
* En moyenne, chaque semaine, 175 Canadiens mourront des suites de la maladie.

Probabilité d’avoir un cancer colorectal ou d’en mourir

* Un homme sur 14 risque d’avoir un cancer colorectal au cours de sa vie et un sur 27 en mourra.
* Une femme sur 15 risque d’avoir un tel cancer au cours de sa vie et une sur 31 en mourra.

Tendances pour le cancer colorectal

Les taux d’incidence du cancer colorectal chez les deux sexes ont augmenté entre 1980 et 1985, puis ont fléchi jusqu’au milieu des années 90 (de manière plus marquée chez les femmes que chez les hommes). Ils ont grimpé de nouveau jusqu’en 2000 et ont affiché par la suite une baisse significative (davantage chez les hommes). Les taux de mortalité sont en baisse pour les deux sexes.

Faites un don pour encourager Jodi Wilson durant le demi-marathon Courez Ottawa

Faites un don pour encourager Jodi Wilson durant le demi-marathon Courez Ottawa

Mon nom est Jodi Wilson. En 2004, mon père est décédé à l’âge de 48 ans après un combat de 2 ans contre le cancer colorectal. Bien que sa vie est riche en amour, elle fût trop courte. Le 30 mai je vais courir dans le demi-marathon Courez Ottawa pour lever des fonds pour l’Association canadienne du cancer colorectal. Sans fonds, nous ne verrons pas les avancés dans le dépistage or le financement des médicaments qui ne sont pas encore accessible au Canada. Je serais fière de courir en honneur de mon père et pour tout ceux affectés.

Faites un don pour encourager Jodi dans sa course!

Deux nouveaux marqueurs pour choisir le traitement d’un cancer du colon

Deux nouveaux marqueurs pour choisir le traitement d’un cancer du colon

Pour traiter un cancer du colon avec métastases, plusieurs médicaments existent. Parmi eux, le cetuximab est un traitement chimiothérapique couramment utilisé. Cependant seulement 60% des patients répondent à ce traitement. L’une des raisons de l’échec chez les autres patients a été découverte il y a quatre ans : la présence de mutations sur le gène K-Ras est associée à une résistance accrue au traitement à base de cetuximab. C’est pourquoi, depuis cette découverte, l’intégrité de K-Ras est vérifiée avant d’utiliser ce médicament afin d’éviter au maximum un traitement inutile et lourd en effets secondaires. Cependant, K-Ras n’explique pas toutes les résistances à ce traitement : certaines restaient jusqu’alors inexpliquées.

Des chercheurs du Service d’Oncologie de l’Hospital del Mar de Barcelone, en collaboration avec la fondation Jiménez Diaz de Madrid, ont peut-être trouvé la clef du mystère, puisqu’ils ont découvert un nouveau marqueur à prendre en compte en cas de traitement au cetuximab : la protèine MKP-1. En effet, les scientifiques barcelonais se sont rendu compte que des taux élevés de MKP-1 sont associés à une résistance au traitement cetuximab.

Ainsi, un patient présentant des mutations sur K-Ras ou des taux élevés de MKP-1 ne pourra pas être traité par le cetuximab. Une alternative ? Oui, l’irinotecan en est une, par exemple. Mais là encore, des Barcelonais ont découvert un marqueur de résistance à ce traitement. En effet, un travail mené par Diego Arango Corro, de l’Institut de recherche de l’hôpital Vall d’Hebron de Barcelone, a mis au jour l’existence d’une protéine responsable d’une partie de la résistance au traitement à base d’irinotecan : la protéine aprataxine, qui est une protéine de réparation de l’ADN. Les chercheurs ont découvert que des taux élevés de cette protéine annulaient l’effet du médicament qui a justement pour rôle de casser l’ADN des cellules cancéreuses.

Voici donc un troisième marqueur dont il serait opportun de vérifier la présence avant d’appliquer un traitement à un patient atteint de cancer du colon.


Source: medicalnews-blog.fr

Cancers colorectaux, les prévenir grâce à une sigmoïdoscopie

Cancers colorectaux, les prévenir grâce à une sigmoïdoscopie

Selon une étude menée par des chercheurs britanniques, publiée dans le journal médical The Lancet, la réalisation d’une sigmoïdoscopie, un examen rapide du rectum et de la partie inférieure du côlon, entre 55 et 64 ans permettrait de réduire les décès liés aux cancers colorectaux de 43%.

Le cancer colorectal est le 3ème cancer le plus diagnostiqué dans le monde avec environ 1 million de cas observés chaque année. Le taux de survie est fortement associé à la précocité du diagnostic.

Parmi les quelque 170.000 personnes participant à l’étude, plus de 113.000 ont été assignées à un groupe de contrôle et plus de 57.000 ont passé une sigmoïdoscopie. Les scientifiques ont diagnostiqué près de 2.520 cancers du côlon, dont 1.818 dans le groupe de contrôle et 706 chez les personnes ayant réalisé l’examen, au cours d’un suivi de 11 ans.

L’étude rapporte que l’incidence du cancer colorectal a été réduite de 33% chez les personnes qui ont réalisé une sigmoïdoscopie. La mortalité a, quant à elle, baissé de 43%. “Après 11 ans de suivi, l’incidence du cancer colorectal a été réduite d’un tiers et la mortalité par cancer colorectal de plus de 40% chez ceux qui ont subi le dépistage. L’étude montre que la sigmoïdoscopie flexible est un test sûr et pratique qui, proposée aux personnes âgées de 55 à 64 ans, fournit une protection et une résistance à long terme au cancer colorectal”, expliquent les auteurs de l’étude. La sigmoïdoscopie consiste à introduire un coloscope par voie naturelle pour examiner le rectum et la partie inférieure du côlon.


Source: bulletins-electroniques.com

Voyez comment se déroule une coloscopie (vidéo)

Qu’est-ce que le test Hémocult II ?

Qu’est-ce que le test Hémocult II ?

Le test Hémoccult II est un dispositif qui permet de dépister du sang dans les selles.

Il est remis gratuitement par votre médecin qui vous expliquera comment le réaliser vous-même à la maison. Simplement, il s’agit de déposer dans des conditions précises un peu de vos selles sur six plaquettes prévues à cet effet. Une fois que le test est effectué, vous devrez l’adresser par la poste à un centre de lecture dans une enveloppe réservée à cet envoi.

Ce test permet de détecter un cancer sur deux et un adénome sur cinq. Il a montré toutefois qu’il pouvait permettre de réduire le nombre de décès lié à ce cancer colorectal d’environ 15 à 18 %.

Par contre si le test est négatif, il faudra le renouveler tous les deux ans. Il faudra toutefois consulter rapidement un médecin si entre les deux ans, une constipation ou une diarrhée apparaissait ou une alternance de constipation et de diarrhée ou des douleurs au niveau du ventre ou de fatigue anormale.

Attention si le test est positif cela ne veut pas dire qu’il y a un cancer mais qu’il y a un saignement d’origine digestive qui peut être également d’origine bénigne comme des hémorroïdes ou des inflammations liées soit à des maladies inflammatoires, soit à des traitements préalables. Un bilan par coloscopie devra être réalisé afin de visualiser l’ensemble du côlon et du rectum.

Donc pour les personnes de plus de 50 ans, le dépistage doit être fait par la recherche de sang dans les selles tous les deux ans, suivie d’une coloscopie si cette recherche est positive. Les personnes qui ont un parent au premier degré c’est-à-dire un père ou une mère qui a été atteint jeune avant 60 ans ou si plusieurs parents du premier degré ont été atteints quel que soit l’âge de survenue, une coloscopie à partir de 45 ans ou cinq ans avant l’âge du cancer chez le parent atteint doit être réalisée.

Enfin devant des situations à risque élevé ou à risque très élevé comme les antécédents personnels de polypes ou des antécédents personnels de cancer du côlon ou de maladie inflammatoire ou de maladie héréditaire, une coloscopie doit être réalisée régulièrement tous les un à trois ans en fonction du contexte et une détection génétique avec prise en charge spécifique particulière doit être réalisée et doit être donc discutée avec votre cancérologue.


Source: lecancer.fr

Les normes canadiennes de la publicité approuve la campage « Faites voir vos fesses »

Les normes canadiennes de la publicité approuve la campage « Faites voir vos fesses »

Depuis quelques mois, on peut voir des fesses un peu partout : sur le web, en affichage sauvage, à la télé, sur les transports en commun. La responsable? L’agence Ogilvy Montréal, qui cette année encore a conçu bénévolement la campagne que l’Association canadienne du cancer colorectal (ACCC) tient depuis mars, mois de la sensibilisation à ce type de cancer.

Sous le thème «Faites voir vos fesses», la campagne vise à conscientiser de façon ludique à l’importance des tests de dépistage.

En télé, un message joue sur une activité qui occupe parfois certains employés de bureau : s’asseoir sur une photocopieuse pour immortaliser son popotin.

Les affiches (métro, autobus et affichage sauvage) montrent quant à elles une paire de fesses et une adresse : Faitesvoirvosfesses.ca, le microsite de la campagne. L’internaute peut y sélectionner une photo de fesses et la faire suivre à ses amis, ou alors ajouter une photo des siennes et partager le tout sur Facebook.

Les normes canadiennes de la publicité (NCP) a reçu deux plaintes au sujet de la campagne «Faites voir vos fesses». La Division des normes de NCP s’est penché attentivement sur le message publicitaire faisant l’objet des plaintes. Bien qu’elle soit volontairement provocante, cette publicité n’est pas dégradante et ne dégage aucune connotation sexuelle. NCP est donc parvenue à la conclusion qu’elle n’enfreignait pas les normes du Code canadien des normes de la publicité qui est l’outil principale de l’autoréglementation de l’industrie de la publicité.

Étant donné que l’ACCC est toujours intéressé à connaître la perception que le grand public a de nos communications publicitaire, nous vous encourageons à partager vos commentaires sur notre blogue.

Qu’est-ce que le cancer du colon? (vidéo)

cancer du colon de medical sur Vimeo.

L’ACCC au symposium « Mieux soigner les personnes atteintes de cancer colorectal » le 14 mai

Barry Stein, président de l'Association canadienne du cancer colorectal

Chaque année, l’Association québécoise des infirmières en oncologie (AQIO) organise des activités éducatives dans le but faciliter l’accès à l’information et à la formation continue des infirmières qui travaillent auprès des personnes atteintes de cancer.

Grâce au support d’Amgen Canada, l’AQIO organise une journée de formation sur le thème « Mieux soigner les personnes atteintes de cancer colorectal » le vendredi 14 mai 2010 à l’Hôtel Alt dans la salle Rochette situé au 1200, ave Germain-des-Prés, dans la ville de Québec.

Barry Stein, président de l’Association canadienne du cancer colorectal, fera une présentation durant ce symposium dédié aux infirmières et infirmiers intéressés à l’oncologie et aux soins palliatifs.

SVP confirmer votre présence avant le 6 mai auprès de Chantal Naud de Amgen Canada par courriel à cnaud@amgen.com