Saines habitudes de vie

« Sortez! Bougez! »

Saviezvous que les gens qui font régulièrement de l’exercice de façon modérée à intense risquent moins de développer un cancer colorectal ou d’autres maladies?

Souhaitant que VOUS réduisiez votre risque de cancer ou d’autres maladies, l’ACCC vous dit vous dit SORTEZ! BOUGEZ! et vous invite à participer à l’événement qu’elle organise sur le MontRoyal, le samedi 11 mai 2013, de 9 h à 14 h!

Dans le but de favoriser l’adoption de saines habitudes de vie et la prévention du cancer colorectal chez les personnes de tous âges et de tous horizons, l’ACCC invite les gens à l’événement « Sortez! Bougez! »/“Get Out There & Move”, afin de les encourager à être plus actifs physiquement, de manière à réduire leur risque d’avoir e cancer colorectal.  

Individuellement ou en équipe, les participants s’adonneront en plein air à une activité physique de leur choix (marche, course à pied, randonnée pédestre, etc.) ou bien suivront un ou plusieurs des cours offerts ou des activités de groupe organisées. Les possibilités sont nombreuses!

Faites votre choix

Vous pouvez essayer autant de cours ou d’activités que vous le voulez pour voir ce qui vous convient, ou bien faire celles auxquelles vous aimez vous adonner lors de vos entraînements réguliers.

Voici certaines des activités de groupe qui sont offertes :

Camp d’entraînement intense (bootcamp)

Phyllis Frost donnera un cours de type bootcamp. C’est l’activité idéale pour ceux et celles qui veulent se dépasser et brûler des calories!

Il s’agit d’un entraînement fractionné qui combine plusieurs types d’approches, dont des exercices de callisthénie (pour un développement physique harmonieux), de la musculation et des exercices d’endurance, ponctués de périodes de repos entre chaque. Il existe divers cours de ce type, mais la plupart veulent amener les participants à repousser leurs limites, comme les camps d’entraînement militaires, d’où le nom  « boot camp  ».

La technique prévoit des sprints, des pompes (« push ups »), des exercices de pliométrie et un entraînement par intervalles.

Yoga

Suivez le cours de Hatha Yoga de 1 heure pour débutants qui sera donné par Kim. La séance sera axée sur la respiration et la méditation, on adoptera un rythme lent, et les exercices seront doux. Le Hatha yoga est idéal pour s’initier à cette discipline. Les participants s’y familiariseront en apprenant les postures de base du yoga et les principales techniques de relaxation.

Les grands maîtres de yoga croient que, pour être en harmonie avec son environnement, il faut être bien dans son corps, sa tête et son esprit, ce qui demande une approche intégrée. On doit donc créer un équilibre entre les émotions, l’action et la réflexion.

Les exercices de yoga améliorent la circulation, stimulent les organes de l’abdomen et exercent une pression sur le système endocrinien, autant d’effets qui contribuent à améliorer l’état de santé.

Vélo

Faites une randonnée de groupe à vélo guidée par David dans les beaux sentiers du Mont-Royal

Le vélo est l’une des meilleures activités physiques qui soient pour améliorer la santé. C’est un exercice facile qui peut être adapté selon votre forme physique.

Voici quelques-uns des avantages qu’il offre :

  • Bon pour le coeur – améliore la fonction cardiovasculaire et réduit le risque de  troubles coronaires.
  • Bon pour les muscles – accroît le tonus musculaire et renforce les muscles du bas du corps (cuisses et muscles fessiers).
  • Bon pour la ligne – augmente le métabolisme et brûle des calories.
  • Bon pour longévité – accroît l’espérance de vie.
  • Bon pour la coordination – fait travailler les pieds, les mains et le corps et l’équilibre.
  • Bon pour la santé mentale – des études l’on prouvé.
  • Bon pour le système immunitaire – renforce les défenses naturelles du corps et améliore la santé en général.

Kickboxing

Joignez-vous à Herby, ancien champion canadien, pour une séance de kickboxing. Une bonne façon de se dépenser tout en s’amusant!

Le cours commencera par une séance d’échauffement de 5 à10 minutes comprenant des exercices d’étirement et des sauts à la corde. Les participants pourront ensuite se familiariser avec diverses routines d’entraînement de kickboxing, avec un partenaire ou avec Herby. On terminera par des exercices de musculation abdominale et des pompes (« pushups »).

Le kickboxing est connu et apprécié des amateurs de sport depuis bien des années. Rien d’étonnant à cela, compte tenu des nombreux avantages pour la santé que cette discipline comporte. Cette technique combine des arts martiaux et des exercices cardiovasculaires, et fait littéralement fondre les graisses, tout en redonnant de l’énergie, en augmentant le tonus et en renforçant la musculature.

Le kickboxing est également un bon moyen d’apprendre quelques techniques d’auto-défense de base et d’évacuer les tensions et l’agressivité. Oubliez la traditionnelle bière de fin de journée et opter pour cet exercice sain pour décompresser.

Pilates

Prenez les cours de Pilates de 1 heure donné par Kim. Il comprendra un échauffement musculaire et travaillera la souplesse. La méthode Pilates renforce les muscles des jambes, de l’abdomen, des hanches et du dos, et met l’accent sur la posture, la colonne vertébrale et l’alignement corporel afin d’accroître la stabilité du tronc et d’améliorer la coordination et l’équilibre.

En apprenant à bien respirer, à bien se tenir et à avoir un bon alignement corporel, tout en se concentrant sur des mouvements lents et coulants, on entre en contact et en harmonie avec son corps, et on apprend à faire des mouvements contrôlés.

Avec la méthode Pilates, la qualité des mouvements prime sur la quantité. On nous enseigne à bien respirer, ce qui est essentiel pour bien faire les mouvements et bouger avec un maximum de puissance et d’efficacité.

Cette technique constitue en grande partie un exercice doux, mais elle quand même exigeante, car on force et on transpire!

Essayez ce cours pour sentir votre tronc se renforcer (abdominaux plats et dos fort garantis). Cette méthode sculpte les muscles en longueur et travaille tout le corps, ce qui améliore la performance dans d’autres sports et évite les blessures. Pour couronner le tout, on apprend à bouger efficacement!

Zumba

Les instructrices Vered et Lauren donneront ce cours de zumba qui vous fera danser et bouger. Quoi de mieux pour faire de l’exercice que cette technique inspirée des danses latines qui combine de la musique du monde rythmée, des pas enlevants et un esprit de festif? Vous y prendrez goût!

 

Une fois terminée leurs activités, les participants pourront aller au pavillon du Lacaux-Castors chercher le sacrepas contenant un goûter sain gratuit qui leur est destiné. Du personnel et des animateurs de l’ACCC seront présents afin de répondre aux questions et de distribuer de l’information sur le cancer colorectal, sa prévention et l’importance de son dépistage.

QU’IL PLEUVE OU QU’IL FASSE SOLEIL, NOUS Y SERONS!!! 

Pour plus d’informations visitez notre site web.

Des nouvelles de Jen’s Booty Banter: Bougez-vous les fesses

Des nouvelles de Jen’s Booty Banter: Bougez-vous les fesses

L’exercice… Combien de fois l’avons-nous entendu; combien c’est bon pour le coeur, pour l’équilibre mental et bon pour garder la ligne. À vrai dire, la liste des bienfaits est longue et avec raison. Mais, il y a une chose dont on ne parle généralement pas : l’exercice fait faire caca! Honnêtement, y a-t-il quelque chose de plus glorieux? Enfin, lorsque vous n’êtes pas tout à fait ‘’régulier’’, y a-t-il quelque chose de plus inconfortable? Les ballonnements, les gaz, et le sentiment d’être à l’envers; c’est terrible. Ainsi, sachant tout cela, pourquoi rester assis sur son derrière quand on sait que bouger replace l’intérieur?

Je suis toujours impressionné de constater comment ça marche. Je ne fais que combiner quelques actions pour me bouger le popotin (de toutes sortes), j’ajoute des légumes à ma diète et je me transforme en princesse du bol. Avec tout ça, la vie est simplement belle.

Ne prenez pas mes mots pour dits. Faites-vous une faveur et sortez de votre sofa ou éloignez-vous de votre bureau. Vous n’avez pas besoin de courir un marathon (bien que je suis moi-même une fane; bien sûr, ça me garde les fesses en forme) mais il y a des façons simples à prendre pour ajouter quelques mouvements d’extra à votre vie quotidienne.

.Y-a-t-il quelque chose de plus simple que d’introduire la marche dans votre journée? Ça ne coûte presque rien, vous n’avez besoin que d’une bonne paire de chaussures et c’est doux pour les articulations (et toutes les autres parties de votre corps). En règle générale, le plus rapide vous marchez, le plus de bienfaits vous aurez. Marchez d’un bon pas (quelque part entre 5 km et 6 km à l’heure) et vos fesses vous en remercieront. Marcher peut aussi être une bonne raison pour stimuler votre vie sociale. Accrochez un ami, retrouvez-vous, brûlez des calories… et vous pouvez le faire pendant votre pause diner.

Marcher est aussi une bonne façon de ralentir et d’admirer le monde autour de nous. Mettez-y un peu de piquant et galopez à travers quelques collines ou encore grimper une montagne et voilà un plus à votre vie quotidienne; incluant de bons RV avec ‘’l’appel de la nature’’. Besoin de suggestions de sentiers? Jeter un coup d’œil au Sentier transcanadien http://tctrail.ca/accueil/.

Il y a plusieurs façons de glisser l’exercice dans votre vie (incluant une partie de fesses!) et je compte partager quelques une de ces façons avec vous, pour augmenter votre pouls et vous garder ‘’régulier’’. Rappelez-vous toujours que, peu importe ce que vous faites (en particulier avec ces jours de chaleur) il est crucial de boire beaucoup d’eau. Si vous ne vous hydratez pas, vous allez constiper.

En attendant la prochaine fois, bougez-vous les fesses!

 

Article originale anglais Jen’s Booty Banter: Shake your Booty.

Jennifer Hartley est rédactrice en chef pour Ottawa Life Magazine et rédactrice pour Ottawa Outdoor Magazine. Elle a été rédactrice en chef de cinéma pour Ottawa Xpress et le journal Metro aujourd’hui disparut. Elle a écrit une variété d’articles pour différents magazines à travers le Canada et à l’étranger au Royaume-Uni.

Courir et amasser des dons…osez le faire!

Courir et amasser des dons…osez le faire!

L’été est la saison des sportifs et amateurs de plein air. Les adeptes de la course s’en donnent à cœur joie avec une panoplie de courses et de défis allant du 1 km en famille jusqu’à l’impitoyable 42,2 km du  marathon, en passant par les défis les plus ludiques comme les « Spartan races» et autres évènements du genre.

Chaque année, des milliers de personnes courent pour une cause, et l’ACCC vous encourage à créer une équipe pour relever le défi. Pas convaincu? Voici pourquoi vous devriez courir pour le cancer colorectal!

Pourquoi courir pour l’ACCC?

Parmi tous les cancers, le cancer colorectal est l’un des seuls que nous pouvons éviter, grâce au dépistage précoce, mais aussi en grande partie par l’adoption d’un mode de vie actif et une alimentation saine. La course est un sport d’endurance, et commencer un entrainement en course de longue distance vous incitera nécessairement à mener un mode de vie plus sain et à favoriser une alimentation équilibrée. Vous aurez besoin de vous entrainer régulièrement pour accomplir votre défi, ce qui réduira votre stress, stabilisera votre glycémie, vous incitera à manger sainement pour avoir l’énergie nécessaire à votre entrainement, vous aidera à cesser de fumer, stabilisera votre poids et ainsi, réduira vos chances de développer un cancer colorectal. Pour toutes ces raisons, nous croyons que participer à une course caritative est l’occasion de sensibiliser la population au cancer colorectal et à la prévention de celui-ci. Autrement dit, vous prêcherez par l’exemple!

Je suis un marathonien d’expérience, pourquoi m’associer à une cause?

Vous êtes un marathonien d’expérience, les 21 et 42 km n’ont plus de secrets pour vous et chaque nouvelle course est l’occasion d’améliorer votre temps personnel. Pourquoi ne pas associer vos efforts et votre grande discipline à la cause! Grâce à votre entrainement assidu, vous êtes déjà un modèle à suivre pour tous et votre mode de vie – probablement équilibré – est un exemple à suivre dans la prévention du cancer colorectal. Amasser des dons pour la cause n’est qu’une occasion de plus de partager votre passion pour la course, tout en insistant sur l’argument de la santé;  votre mode de vie pourrait vous éviter un cancer colorectal!

Je n’ai jamais couru, pourquoi je devrais commencer maintenant?

Vous n’êtes pas un sportif dans l’âme et vous préférez vous prélasser devant un bon match de hockey. L’été est l’occasion de sortir de votre salon et d’en faire un peu plus pour votre santé! La grande majorité des évènements de marathon comprennent plusieurs distances, 5km, 10 km, 21 km 42km, etc. Il vous suffit de choisir la distance qui convient à vos aspirations. Si vous souhaitez simplement vous remettre en forme, bouger un peu plus qu’à votre habitude, perdre un peu de poids, le 5 km vous conviendra amplement. Inutile de viser trop haut, cela ne fera que vous décourager. Commencer par le plus simple, le fait de vous inscrire à une course et de vous impliquer pleinement dans une collecte de dons vous gardera motivé à poursuivre votre entrainement.  De plus, qui dit que vous n’aurez pas la piqure?

Je suis convaincu, où auront lieu les prochaines courses et comment m’y inscrire?

Félicitation! Vous êtes décidé à courir pour la cause, mais ne savez pas où et comment vous inscrire? Rien de plus simple! Les prochains évènements sont le demi-marathon d’Oakville et le défi Banque Scotia dans le cadre du marathon Waterfront de Toronto. Plusieurs autres évènements existent, mais plusieurs sont déjà complets pour la saison en cours comme le Marathon de Montréal (23 septembre). Il vous suffit de vous inscrire en ligne, où vous trouverez un plan d’entrainement spécifique pour la distance choisi.

Demi-marathon d’Oakville 23 septembre 2012 : http://www.oakvillehalfmarathon.com/default.shtml

Maraton Waterfront Banque Scotia de Toronto 14 octobre 2012 : http://www.torontowaterfrontmarathon.com/en/index.htm

Un poids santé pour un côlon en santé

Un poids santé pour un côlon en santé

Perdre du poids sans régime minceur

La perte de poids ne passe pas nécessairement pas l’adoption d’un régime drastique. Si plusieurs régimes minceurs font l’objet de critiques par les nutritionnistes et autres spécialistes de la santé et de l’alimentation, un léger changement dans vos habitudes alimentaires quant à lui, pourrait vous aider à perdre et à maintenir un poids santé.

L’importance d’un poids santé dans la prévention du cancer

Pourquoi est-il si important de garder un poids santé? Plusieurs études ont clairement démontré un lien entre un surplus de poids et cancer. L’une des hypothèses est que le fait d’avoir du poids en trop ou d’être obèse a un effet sur les taux d’hormones et les processus inflammatoires dans l’organisme; et peut favoriser l’apparition d’un cancer. Or, nous savons déjà que l’obésité est associée à un risque élevé d’adénomes colorectaux.[1]

Des aliments pour garder la ligne:

Les viandes blanches 

Poulet, dinde et autres volailles, sont des aliments riches en protéine et faibles en gras à condition de les préparer sans la peau. Les personnes soucieuses de la santé de leur côlon devraient prioriser ces aliments au menu plutôt que la viande rouge. En effet, il a été démontré qu’une importante consommation de viandes rouges contribuait au développement du cancer colorectal. De plus, le poulet se prête bien aux sandwichs, ce qui pourrait remplacer les charcuteries et rendre votre lunch savoureux et santé.

Le soya

Le soya est très intéressant pour ceux et celles qui souhaitent garder la ligne, car il est riche en protéine et presque exempt de gras. Bien connu sous la forme de tofu, il existe plusieurs produits à base de soya. Le soya se trouve sous forme de boisson, yogourt, fèves, imitation de viande hachée, tofu saveur feta, miso, croustille, etc.

Quelques suggestions de produits à base de soya :

http://www.lesfoodies.com/recettes/tofu+soyeux

http://www.unisoya.com/200%20pategrecque.html

http://yvesveggie.ca/fr/index.php/products/category/ground-round

http://www.conseilsnutrition.tv/f-4_le_soya

La pomme

Une pomme par jour vous évitera le médecin pour toujours! En effet, riche en vitamine C, la pomme est un aliment accessible, peu coûteux, riche en fibre, en antioxydant, etc. Ce fruit aide à régulariser le transit intestinal et à maintenir un poids santé. Une pomme d’environ 100g à l’heure de la fringale vous fournira en moyenne entre 70 et 80 calories. La pomme procure un effet coupe-faim, ce qui en fait une collation de choix.

La banane

La banane est un fruit facile à emporter pour la collation et présente de nombreux avantages. En effet, ce fruit riche en potassium peut contribuer à faire baisser la pression artérielle et sa composition riche en fibre régularise le transit intestinal. La banane pourrait également aider à combattre la diarrhée et les ulcères d’estomac. De plus, la banane aiderait à contrôler la glycémie, grâce à l’amidon résistant qu’elle contient, qui pourrait diminuer l’absorption des sucres. Selon certaines études, ce fruit favoriserait la bonne humeur grâce à sa haute concentration en sérotonine…

En savoir plus :

http://2doc.net/hrhfc

http://2doc.net/fzze2

Le saumon

Le saumon aiderait à lutter contre l’hypertension et le cholestérol grâce aux omégas 3 qu’il contient. Ce poisson riche et savoureux est une excellente source de protéine. Tout aussi rassasiant que la volaille, le saumon constitue un excellent choix santé et un bon substitue à la viande rouge.

Le yogourt grec

Le yogourt grec est de plus en plus populaire et avec raison. Ce type de yogourt est une excellente source de protéine avec près de deux fois plus de protéine que le yogourt ordinaire. Le yogourt grec 0% de matières grasses est un excellent choix pour refaire le plain après un exercice ou à l’heure de la collation, et sa faible teneur en gras n’altère en rien son goût et sa texture riche, ce qui le différencie des autres produits.

En savoir plus :

http://2doc.net/7xtlu

http://2doc.net/qbpi3

 

Pour en savoir plus sur les saines habitudes de vie à adopter dans la prévention du cancer colorectal: http://2doc.net/ibje6

Consultez l’article 6 aliments pour garder la ligne sur le site de passeport santé pour en savoir davantage!



[1] http://www.colorectal-cancer.ca/fr/mode-vie-sain/mode-vie-sain/

Avril: la sensibilisation se poursuit

Avril: la sensibilisation se poursuit

Après le mois national de la sensibilisation au cancer colorectal, avril marque le mois de la jonquille.

Nous venons à peine de terminer le mois de mars de la sensibilisation au cancer colorectal, que la Société canadienne du cancer lance le mois de la jonquille, pour sensibiliser au cancer en général.

Parlons-nous trop du cancer? Non si l’on considère les faits, c’est-à-dire que le cancer demeure à ce jour la première cause de mortalité au Québec et, selon l’Organisation mondiale de la santé, le cancer est l’une des principales causes de décès dans le monde et le nombre de cas augmente[1]. Le cancer colorectal quant à lui, demeure la 2e cause de mortalité par cancer au Canada.

C’est donc dire qu’il reste beaucoup à faire surtout quand on s’attarde aux causes et aux facteurs de risques.

Les faits

Selon l’Organisation mondiale de la santé, en 2008, les décès par cancer représentaient environ 13 % de la mortalité mondiale, les cancers du sein, du poumon, de l’estomac, du foie et du côlon étant les plus meurtriers. L’OMS estime qu’environ 30 % de tous les cancers sont attribuables à cinq principaux facteurs de risque comportementaux et alimentaires, considérés comme « modifiables ». Un indice élevé de masse corporelle, une faible consommation de fruits et légumes, le manque d’exercice physique, le tabagisme et la consommation d’alcool sont les cinq principaux facteurs de risque de développer un cancer.[2]

Le cancer colorectal a lui seul, a fait 608 000 victimes dans le monde en 2008.

L’OMS prévoit que le nombre de mortalités par cancer augmentera pour atteindre 13,1 millions de décès à l’échelle mondiale en 2030.[3]

Malgré tout y a-t-il de l’espoir?

Oui, il y a de l’espoir! Sachant que 30 % des cas de cancer auraient pu être évités grâce à un mode de vie équilibré et une saine alimentation, les efforts déployés pour la sensibilisation sont donc d’une importance capitale.

Bien sûr, certains individus ne sont pas à l’abri du cancer malgré une alimentation et des habitudes de vie exemplaires. Par contre, c’est en prenant conscience de l’impact de nos choix au quotidien que nous mettons toutes les chances de notre côté. Il est impératif de poursuivre la sensibilisation tant auprès des jeunes que des moins jeunes, en insistant sur la prévention par de saines habitudes de vie, mais aussi sur le dépistage précoce.

Le dépistage précoce : ce qui pourrait vous sauver la vie!

Pour plusieurs cancers, notamment le cancer colorectal, la meilleure arme connue à ce jour demeure le dépistage précoce de la maladie. En dépistant les cellules cancéreuses à un stade embryonnaire, les chances de survie sont considérablement accrues. Il faut donc poursuivre la lutte afin de briser les tabous qui entourent ce type de dépistage; tabous qui sont encore malheureusement à l’origine de beaucoup de négligence.

Les bonnes habitudes

Si souvent négligées, les bonnes habitudes de vie qui favorise la santé à long terme sont pourtant simples.

  1. Éviter l’embonpoint.
  2. Maximiser sa consommation de fruits et légumes.
  3. Réduire sa consommation hebdomadaire de viande rouge.
  4. Consommer de l’alcool avec modération.
  5. Ne pas fumer.
  6. Pratiquer l’activité physique quotidiennement.

En mémoire de tous ceux et celles touchés par le cancer, profitez du mois d’avril pour relever le défi et ajuster votre quotidien en adoptant de saines habitudes de vie et en intégrant les réflexes – comme le dépistage précoce – qui pourrait vous sauver la vie.



[1] http://www.who.int/features/qa/15/fr/index.html

[2] http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs297/fr/index.html

[3] http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs297/fr/index.html

Ne laissez pas vos bonnes resolutions glisser sous le tapis!

Si vous êtes comme la majorité de la population, l’une de vos résolutions pour l’année 2012 est sans doute de perdre du poids ou du moins de vous mettre en forme. Malheureusement, quelques accumulations de neige et les périodes de grands froids pourraient vous encourager à passer davantage de temps dans votre salon dans le confort de vos vieilles habitudes. Ne laissez pas l’hiver vous décourager de mettre le nez dehors, vous découvrirez peut-être une nouvelle passion pour la blanche saison.

 

Selon la Canadian Fitness and Lifestyle Research Institute, 61 % des adultes âgés de 18 ans et plus sont considérés comme étant insuffisamment actifs, et par conséquent à haut risque de développer des maladies chroniques comme le cancer colorectal.

 

En ce début d’année, faites baisser les statistiques et pour votre santé restez fidèle à votre programme d’entrainement tout en y ajoutant les bienfaits d’une bouffée d’air frais. Afin de vous inspirer à devenir actif et à sortir de votre salon malgré l’hiver, voici quelques exercices et activités amusantes pour tous, à pratiquer par temps froid!

 

La raquette

Oubliez les traditionnelles raquettes en babouches, la technologie a évolué depuis belle lurette et la raquette est aujourd’hui un sport d’hiver populaire et branché. Cardiovasculaire, simple et accessible, votre promenade peut être plus ou moins intense selon vos préférences. Plus simple et sécuritaire que le ski alpin et la planche à neige, nul besoin d’instructeur et vous brulerez entre 500 et 800 calories à l’heure en plus de profiter de la nature ambiante.

 

Marche et randonnée

Échangez vos espadrilles de course pour des bottes de randonnée et redécouvrez vos sentiers préférés sous un nouveau jour nouveau tout en blanc.

 

Patin à glace

Trouvez la patinoire la plus près de chez vous et enfilez vos patins. Ce sport vous apportera équilibre et endurance musculaire. Profitez des soirées d’hiver et patinez en amoureux, en famille et entre amis.

 

Hockey

Le sport national des Canadiens qu’il soit pratiqué avec ou sans patin combine les bienfaits du patin et de l’esprit d’équipe. Habillez-vous, motivez-vous, entrainez quelques amis et embarquez sur la glace pour une session de force et d’endurance musculaire très cardiovasculaire!

 

Curling

Croyez-le ou non, plus d’un million de Canadiens « curl » au moins une fois par année dans l’un des 1 200 country club du pays. Le mouvement du lancer de la pierre favorise l’ouverture des hanches, la force musculaire et l’étirement du dos et des jambes, sans oublier le balayage qui augmente la fréquence cardiaque et l’endurance musculaire. Essayez-le, vous tomberez peut-être sur un nouveau coup de coeur.

 

Ski

Si vous optez pour le ski de fond, vous travaillerez surtout votre endurance cardiovasculaire alors qu’avec le ski alpin vous renforcerez vos muscles du bas du corps, du dos et des abdominaux. Dans l’un ou l’autre de ces sports, vous avez toujours le choix d’adapter le rythme à vos capacités. Profitez d’une soirée douce et enfilez vos skis de fond et votre lampe frontale pour une balade nocturne en amoureux, à la belle étoile.

 

Planche à neige

La planche à neige a beaucoup gagné en popularité au cours des dernières années. Tout comme le ski alpin, vous travaillerez votre équilibre et votre endurance musculaire. Que vous soyez expert ou débutant, il y a des pistes pour tous les niveaux. Quoi de mieux que de retrouver famille et amis autour d’un bon feu de bois après une journée à dévaler les pistes?

 

Glissade, « crazy-carpet » et tube

Retombez en enfance et dévalez simplement la montagne la plus près de chez vous! Toutes les activités sportives comptent au maintien d’une bonne santé, y compris une journée de glissade avec… ou sans les enfants!

 

Pelleter

Cette corvée que personne n’aime est un exercice intense qui vous permettra de travailler votre force et votre endurance musculaire ainsi que votre capacité cardio-vasculaire. Cette tâche nécessaire ne devrait pas être reléguée au petit voisin, mais elle devrait plutôt être un plus dans votre routine d’entrainement.

 

Quelques suggestions:

–          Entrevue de Nathalie Lambert : Dix trucs pour réussir vos résolutions santé en 2012 http://bit.ly/Aqd2bB

–          Location d’équipement : La Cordée http://bit.ly/ADecg5 MEC http://bit.ly/yF39HU Les amis de la montagne http://bit.ly/xsw4w2

–          Pour la glissade : http://bit.ly/zxjMcN

Des fêtes sans excès: C’est possible!

Des fêtes sans excès: C’est possible!

Pour plusieurs personnes touchées par le cancer colorectal, adopter de bonnes habitudes de vie comme une alimentation saine et faire davantage d’exercice est indispensable. Or, il est parfois difficile de garder la ligne et de manger santé pendant la période des fêtes; les gens tendent à croire que les excès sont inévitables. Cette année, faites les choses différemment et devenez une source d’inspiration pour votre entourage en souhaitant la santé et en offrant aux gens que vous aimez des trucs simples et efficaces pour profiter au maximum de cette période de réflexion et de réjouissance!

Éviter de surcharger son estomac : comment résister?

Nous le faisons tous, lorsque l’envie de détacher le bouton du jeans se fait sentir, c’est parce que nous avons trop mangé. Les excès de sauce, de ragoût, de sucreries et d’alcool, au-delà du facteur calorique, peuvent occasionner des inconforts digestifs et vous encombrer sérieusement pendant les fêtes. Puisqu’il est difficile de résister à la tentation de goûter à tous ces petits plats qu’on ne prépare qu’à Noël, voici 3 règles simples à appliquer pour éviter de surcharger son estomac :

1. Éviter de sauter des repas

La pire chose à faire : éviter de manger pendant la journée en prévision d’un repas copieux.

La meilleure chose à faire : manger à des heures régulières. Manger à des heures régulières aide au maintien d’une bonne glycémie. Même si l’appétit n’est pas au rendez-vous, un goûter légé vous évitera d’être affamé et d’engloutir la moitié du buffet à vous seul. Même si vous mangez peu, vous aurez tendance à mieux gérer votre appétit et serez moins tenté par les aliments gras, sucrés et salés. Vos repas devraient toujours contenir des légumes et des protéines pour bien vous soutenir.

Quoi manger si je n’ai pas faim?

Au déjeuner : Un œuf cuit dur et un fruit

Au diner : Une soupe à la dinde, aux légumes et à l’orge.

À grignoter : Bâtonnets de légumes, fromage, fruits, yogourt au miel et à la cannelle.

2. Soyez stratégique !

Le buffet : Le buffet est un classique du temps des fêtes et qui dit buffet dit bouffe à volonté. Pour éviter d’exagérer, servez-vous d’une petite assiette à dessert plutôt que d’une grande assiette et éloignez-vous du buffet! Inutile de s’asseoir entre la dinde et les patates, cela ne servira qu’à vous tenter davantage. Vous pourriez également commencer par manger des légumes avant de vous attaquer au copieux ragoût de boulettes. Vous vous assurez ainsi de manger davantage d’aliments sains et éviter les excès de gras et de sel.

À table : Lors des repas à table, signalez à votre hôte que vous voulez une petite portion. En règle général, la moitié de votre assiette devrait contenir des légumes, mais tradition oblige, en dehors des patates pilées au beurre et à la crème il risque d’y avoir peu de légumes au menu. Ainsi, commencez tout simplement par une portion plus petite qu’à l’habitude. Combinée avec l’apéro, les bouchées, le pain et le dessert, vous devriez être amplement rassasiée. Dites-vous que nous avons les yeux plus grands que la panse.

Les pièges!

Les bouchées : Pour éviter de sauter dans les bouchées et d’exagérer avant le repas, mangez une collation comme un fruit et assurez-vous de boire beaucoup d’eau avant la soirée.

La sauce : Gare aux excès de sauce! La sauce aussi bonne au goût soit elle est souvent salée et grasse. À asperger avec modération.

Le pain : Évitez de sauter dans le pain. Facile et bourratif le pain n’est pas indispensable. Si vous ne voulez pas vous passer du pain au beurre trempé dans la sauce, réduisez tout simplement vos portions, après tout c’est Noël.

3. Buvez de l’eau, beaucoup d’eau et encore de l’eau!

Entre les réceptions : L’eau hydrate et coupe la faim. Nous confondons parfois la faim et la déshydratation, car lorsque le corps est déshydraté il recherche l’eau dans les aliments. Boire de l’eau le plus souvent possible vous permettra de demeurer bien hydraté malgré le verre de trop de la veille et de contrôler votre appétit. Vous éviterez donc de trop manger.

Pendant les réceptions : Prenez l’habitude d’alterner verre d’alcool et verre d’eau. Cette pratique réduira certainement votre consommation d’alcool de moitié, vous évitera la déshydratation et les calories en trop. On tant souvent à l’oublier, mais l’alcool est aussi une source de calories.

Les trucs

Éviter les boissons sucrées : Seule l’eau désaltère, il est donc inutile de boire des boissons sucrées qui ne feront qu’ajouter aux nombreuses calories des fêtes.

Ne pas attendre d’avoir soif pour boire : N’attendez pas d’avoir soif pour boire. Lorsque l’on ressent la soif, il est déjà trop tard.

Un verre d’eau à portée de main : En laissant trainer un verre d’eau sur le comptoir, vous penserez à boire dès que vous passerez devant.

 

En suivant ces conseils, vous évitez les inconforts liés aux excès. Soyez à votre meilleur, tenez-vous loin des indigestions, de la vilaine gueule de bois et amusez-vous!

L’importance d’un système immunitaire en santé!

L’importance d’un système immunitaire en santé!

Qu’est-ce que le système immunitaire?

Le système immunitaire est un système biologique dont le rôle principal est de protéger notre corps contre les agressions extérieures. Ces agressions peuvent être de l’ordre des microbes comme les virus, les bactéries, les champignons, les parasites ou de l’ordre des cellules cancéreuses ou des corps étrangers (aussi bien une simple écharde que des organes greffés par exemple)[1]. Ce système complexe et extrêmement sophistiqué est une partie intégrale de notre santé. Sans système immunitaire, nous ne pourrions survivre au monde extérieur qui, sans que nous ne le sachions, assaille notre corps chaque jour.

Le système immunitaire est un système très complexe composé de barrières physiques comme la peau et les muqueuses et d’une multitude d’autres éléments tels que les amygdales, le thymus, la moelle osseuse, la rate, les ganglions lymphatiques et le système lymphatique. Lorsque le système immunitaire est affaibli, le corps est exposé aux virus et aux bactéries qui peuvent nous rentre malade. C’est pour cette raison par exemple que les personnes souffrant de brulures graves sont plus susceptibles aux infections, car la peau, une fois brulée, ne peut plus jouer son rôle de barrière protectrice. Or, il en va de même pour les personnes malades ou âgées chez qui l’on note une diminution significative de l’efficacité du système immunitaire. C’est alors qu’une infection ou un virus banal comme celui de la grippe peut dégénérer au point d’empirer l’état du patient, et ce, jusqu’à la mort. Les infections seront également plus fréquentes et plus difficiles à soigner chez un individu dont le système immunitaire est affaibli par une mauvaise hygiène de vie. Ainsi, une personne fumeuse et sédentaire, par exemple, contractera la même grippe qu’une personne active et non fumeuse sauf qu’il lui en faudra deux fois plus de temps pour s’en remettre. De plus, l’infection sera généralement plus grave et plus pénible pour la personne en moins bonne santé.

Prendre soin de ses défenses pour être en bonne santé!

Le système immunitaire comme toutes les composantes de la santé fait partie d’un tout. Or, lorsque nous sommes stressés, fatigués, sédentaires, etc., nous mettons en péril l’efficacité de notre système de garde naturel. Bien sûr, sans que les chercheurs en connaissent la cause exacte, certain individu ont un système immunitaire plus faible que d’autre et sont donc plus enclin à contracter certaines infections comme le rhume ou la grippe. D’ordre général, notre mode de vie est un facteur déterminant dans l’état et l’efficacité de notre système immunitaire.

Les éléments pouvant réduire l’efficacité du système immunitaire

Certaines habitudes de vie peuvent effectivement nuire au bon fonctionnement de notre système immunitaire, qu’il soit naturellement fort ou non.

–          Le manque de sommeil

–          Le stress

–          Le manque d’activité physique tout comme le surentraînement

–          Une alimentation pauvre en fruits et légumes, en grains entiers, en fer et autres nutriments essentiels.

–          Certains traitements contre le cancer ou toutes autres interventions médicales telles qu’une chirurgie ou la prise de certains médicaments.

–          L’exposition prolongée à certaines toxines comme les produits de nettoyage domestique, les insecticides, herbicides, etc.

–          L’exposition à des moisissures, bactéries, fumée de cigarette, etc.

–          L’obésité

–          La dépression

Quand le système immunitaire est en dépression

Les personnes suivant certains traitements de chimiothérapie contre le cancer peuvent être sujettes à connaître une dépression de certains paramètres leur système immunitaire, entrainant une plus grande vulnérabilité aux infections.

La chimiothérapie a pour effet de détruire les cellules cancéreuses, mais elle ne fait pas la différence entre les cellules saines (qui sont produites pour remplacer les cellules mortes) et les cellules cancéreuses. Lorsque les médicaments « chimio thérapeutique » s’attaquent aux cellules en reproduction de la moelle osseuse (cette partie de l’os responsable de la fabrication des globules rouges (érythrocyte), des globules blancs (leucocytes) et des plaquettes (thrombocyte), les dommages causés par ceux-ci peuvent entrainer une baisse de la numération des globules blancs.[1]   Les globules blancs, qui normalement se multiplient en cas d’infection ou d’inflammation, sont responsables de combattre les infections et autres intrus pouvant s’être logés dans le corps. Imaginez de petits « soldats » du système immunitaire prêt à attaquer à tout moment. La baisse de la numération des globules blancs dans le sang entraine une diminution de l’efficacité au combat de notre système de défense et offre ainsi une opportunité aux ennemies comme le feu sauvage, les champignons buccaux et la grippe, d’attaquer.

Cette vulnérabilité, loin d’être banale, peut parfois être fatale pour le patient, d’où l’importance d’appliquer les méthodes préventives de bases telles que le lavage fréquent des mains, éviter tout contact avec des personnes malades ou contagieuses, la vaccination dans certains cas et bien suivre les consignes de son médecin.

Des façons de « booster » son système immunitaire

La meilleure façon de garder son système immunitaire en santé est de maintenir un rythme de vie équilibré. Favoriser une alimentation saine et variée, rester actif, ne pas fumer, avoir une vie sociale bien remplie, avoir un sommeil réparateur et gérer adéquatement son stress, voilà le secret d’une santé de fer!

Quoi penser des remèdes que l’on trouve sur les tablettes?

Nos pharmacies regorgent de produits naturels pour « renforcer son système immunitaire ». Que devrait-on en penser? Difficile de s’y retrouver avec la panoplie de produits sur le marché.

Les compagnies pharmaceutiques ont bien compris l’engouement pour les produits naturels permettant de renforcer le système immunitaire. Plusieurs produits comme les pros biotiques, l’échinacée, l’ail, le gingembre, le zinc, etc. sont reconnus pour avoir une certaine efficacité au niveau du renforcement du système immunitaire. Pour s’y retrouver, consultez toujours votre pharmacien, surtout si vous prenez d’autres médicaments ou êtes en traitement contre le cancer, car malgré que ces produits soient ‘’naturels’’ il n’en demeure pas moins qu’ils peuvent avoir des effets indésirables, voir néfaste et interagir avec votre médication. De plus, l’efficacité de plusieurs de ces produits a souvent été mise en cause par des études divergentes et contradictoires. Quoi qu’il en soit, il importe d’être vigilant et bien informé lorsque vous prévoyez consommer des produits de santé naturels, sans quoi vous risquez d’être déçu.

Pour en apprendre davantage sur les produits naturels (entrevue à l’émission l’après-midi porte conseil à la radio de radio Canada) :

–          http://www.radio-canada.ca/emissions/lapres-midi_porte_conseil/2011-2012/chronique.asp?idChronique=180161

–          http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2011/CBF/LapresmidiPorteConseil201110251308_3.asx

Quelques suggestions de lecture :

–          ‘’Stimulez votre système immunitaire’’, Isabelle Huot et Denis Roy, Éditions de l’Homme, 2008, 224 pages.

–          ‘’Renforcez votre système immunitaire’’, Elle Brown
Broquet, 2009, 208 pages.

–          ‘’Renforcez votre système immunitaire’’, Collectif, Sélection du Reader’s Digest, 2006, 320 pages.

–          ‘’Mieux connaître son système immunitaire’’, Francesco Bottacciolli, Dauphin, 2006, 172 pages.

‘’Renforcez votre immunité’’, Bruno Comby, édition de l’Homme, 1994, 252 pages.



[1] http://www.colorectal-cancer.ca/fr/traitement-cancer/options-traitement/#s21



[1] Passeport santé/renforcer son système immunitaire

 

Courir pour la cause

Courir pour la cause

Marianne Laurin

Le 25 septembre prochain, deux évènements sportifs auront lieu à quelques kilomètres l’un de l’autre. Tout d’abord, plus de 20 000 coureurs feront vibrer les planches du pont Jacques-Cartier à Montréal, dans le cadre de la 21e édition du Marathon Oasis de Montréal. Cet évènement unique en son genre en Amérique francophone fera courir petits et grands sur 42 195 km. À son tour, le demi-marathon à caractère caritatif d’Oakville en Ontario fera se dégourdir des centaines de participants au nom du cancer colorectal, entre autres.

Inutile de tenter votre chance si vous n’êtes pas déjà inscrit, car les épreuves de 1, 5, 10, 21 et 42,2 km sont déjà complètes. C’est donc dire que la course à pied gagne du terrain!

Pourquoi courir?

Nos cousins français l’ont surnommé footing, mais au Québec nous parlons généralement de jogging ou de course à pied. Ce sport simple et peu couteux semble gagner en popularité depuis les dernières années, ce qui n’est pas surprenant lorsque l’on considère l’accessibilité de cette activité. En effet, le jogging est un sport simple qui requiert une bonne paire d’espadrilles et beaucoup de motivation! Vous pouvez courir partout et sous toutes les conditions météorologiques, à toutes heures du jour ou de la nuit. Ainsi, que vous partiez pour quelques jours en vacances sous le soleil des tropiques ou en voyage d’affaires à Toronto, vous pouvez poursuivre votre entraînement sur la plage ou dans le stationnement de votre hôtel, sans problèmes.

Courir parce que c’est amusant!

Comme toute forme d’activité physique, la course à pied aide elle aussi à prévenir le développement du cancer colorectal. Bouger vous permet de contrôler votre poids et vos humeurs, mais aussi de vous amuser et de prendre soin de votre corps. Il n’est pas nécessaire de s’entrainer pour le marathon lorsque l’on souhaite adopter la course à pied comme activité quotidienne. Quelques minutes de jogging par semaine sont suffisantes pour vous faire du bien. En effet, le fait de pratiquer une activité physique modérée et intense quotidiennement (à tous les jours!) contribue à lui seul à réduire votre risque de cancer colorectal de 50 %[1].

Qu’est-ce qu’une activité modérée? Il est plutôt difficile de définir ce qu’est une activité modérée, car ce statut change en fonction de la condition physique de chaque individu. Par contre, selon une liste produite par l’Organisation mondiale de la santé, les activités comme la marche (marcher d’un pas vif), danser, jardiner, participer à des jeux et sports avec ses enfants, promener son animal domestique[2], etc. serait de bons points de repère en terme d’activité physique d’intensité modérée. En d’autres mots, vous pratiquez une activité qui augmente sensiblement votre rythme cardiaque, qui est exigeante, mais vous n’êtes pas à bout de souffle.

Qu’est-ce qu’une activité d’intensité élevée? Lorsque vous pratiquez une activité d’intensité élevée, vous devriez déployer des efforts importants pour maintenir le rythme, avoir le souffle raccourci et une augmentation considérable de votre fréquence cardiaque. Le jogging se trouve généralement dans cette catégorie, tout comme le hockey, le basketball, le football, le vélo à vive allure, la danse aérobique, etc.[3]

Question de temps?

Oui, je sais, vous manquez de temps! Le temps que l’on réserve pour la pratique d’une activité physique est un investissement à long terme que nous devrions tous prioriser. Les bénéfices d’une vie active sont tels que personne n’a de raisons valables pour s’enfoncer dans une routine exempte d’activité physique.

Insérer la course à pied dans votre quotidien est simple, il vous faudra surtout une bonne dose de motivation.

Choisissez votre moment

Inutile de tenter de vous lever à 6 h du matin pour courir si vous avez horreur de sortir du lit le matin. Vous y arriverez sans doute une fois ou deux, puis la motivation disparaitra.  Certains adeptes de la course s’adonnent à cette pratique à toutes heures de la journée et parfois même tard en soirée. Le meilleur temps pour courir sera le vôtre. Fixez-vous un horaire flexible avec plusieurs possibilités. Vous rentrez du boulot et votre ados a encore laissé la cuisine sens dessus dessous? Pourquoi ne pas canaliser votre frustration dans un jogging rapido presto?

Soyez toujours prêt

Gardez vos chaussures et vêtements de course propre et prêts à être enfilé. Que vous couriez en revenant du bureau ou avant de quitter la maison le matin, lorsque vous enfilez votre costume de course, il ne vous reste qu’un mince pas à franchir pour sortir de la maison. Il vaut mieux courir lentement et avec peu d’entrain que de ne pas courir du tout. À tout coup, vous serez fier d’avoir mis les pieds dehors.

Laissez-vous le temps

La course à pied est sans contredit l’un des sports les plus difficiles à apprivoiser. Si le principe est simple, courir est exigeant et difficile même pour les marathoniens les plus chevronnés, qui frappent parfois le mur. Il existe plusieurs livres et sites internet que vous pouvez consulter pour entreprendre votre apprentissage, mais il est certain que lors de vos premières sorties, vous aurez sans doute de la difficulté à maintenir le rythme. Certaines techniques d’entrainement peuvent vous aider à apprivoiser ce sport, par exemple la technique des intervalles qui consiste à alterner marche et course ou course lente et course rapide, etc. Courir avec de la musique que vous aimez aide à la concentration et enfin, courir dans un endroit paisible rendra chacune de vos sorties certainement plus sereines.

 Courir pour la cause

Pourquoi ne pas apprivoiser la course en vous lançant le défi de courir pour la cause? Adopter le jogging en amassant des fonds pour une bonne cause sera peut-être le début d’une histoire d’amour. Les évènements sportifs à caractères caritatifs ne cessent de se multiplier et représentent pour plusieurs l’occasion de s’initier à un nouveau mode de vie sein et actif. Regroupez-vous et participez à un évènement qui vous touche. Si le 42.2 km du marathon de Montréal vous intimide, optez pour le 5, le 10 ou le 21 km, presque tous les évènements vous offriront ces alternatives.

Cette année encore, plusieurs coureurs ont participé à amasser des fonds pour la cause du cancer colorectal lors du demi-marathon Banque Scotia de Montréal, en avril dernier. La prochaine rencontre sera à Toronto, lors du Marathon Scotiabank Toronto Waterfront le 16 octobre prochain et il n’est pas trop tard pour s’inscrire. Vous avez encore le temps de vous préparer pour un 5 km, pourquoi ne pas tenter le défi?

Les mythes du coureur

Mal au genou? Fatigué? Trop vieux? Vous hésitez encore? Des mille et une excuses de l’adepte du sofa, les plus courantes sont sans contredit les mythes du coureur.

1. Le jogging use les genoux

Cette croyance selon laquelle les chocs causés par la course useraient les genoux est souvent la raison principale pour inciter les gens à rester chez eux. Or, détrompez-vous! Non seulement la course en tant que telle n’use pas plus les genoux qu’une autre activité physique, mais elle contribuerait, au contraire, à prévenir l’arthrose et la dégradation de l’articulation en question[4]. Le mal de genoux peut par contre, être causée par un surentrainement, des chaussures mal adaptées à nos pieds, un commencement trop intense, un surplus de poids, un terrain inadéquat (gelé ou trop dur), etc. À moins d’une indication contraire de votre médecin, vous ne devriez pas vous empêcher de courir par peur d’avoir mal aux genoux[5] et vous devriez vous munir d’une paire d’espadrilles de qualité.

2. Je suis trop vieux pour commencer à courir

Courir est une activité accessible à tous et à tout âge. L’important réside surtout dans la préparation et dans la qualité de l’entrainement, qui varie en fonction de sa condition physique. Courir un marathon (42,2 km) n’est pas nocif pour la santé si l’on est bien préparé. Par contre, je ne vous recommande pas de vous lancer un tel défi si vous n’avez que quelques semaines devant vous avant la date fatidique, et ce, peu importe l’âge. Prenez l’exemple d’Albert Miclette, 75 ans, qui courra ce dimanche son 100e marathon lors du Marathon de Montréal, et qui a découvert la course à pied à l’âge respectable de… 56 ans![6] Voici la preuve vivante qu’il n’y a pas d’âge pour commencer, et que toutes les raisons sont bonnes pour se lancer le défi.

3. Il faut s’étirer avant de courir

S’échauffer oui, s’étirer absolument pas! Plusieurs personnes croient à tort qu’un étirement évitera les courbatures du lendemain et préviendra les blessures. S’étirer à froid équivaut à tirer sur un élastique de caoutchouc gelé… Or, l’étirement s’il aide à conserver l’amplitude musculaire n’est d’aucune utilité dans la prévention des courbatures et peut même, dans certains cas, nuire aux performances[7]. Par contre, il est essentiel de s’échauffer afin de préparer son corps à l’effort physique, tant d’un point de vue musculaire que cardio-vasculaire. Pour s’échauffer, il s’agit de marcher ou de courir de façon modérée pendant environ 10 min avant la course.

Les bénéfices de la course à pied

Pour courir, il faut … courir! Que vous souhaitiez courir pour la cause ou simplement pour vous maintenir en santé, vous ressentirez plusieurs bienfaits en vous mettant à ce sport. Concentration accrue, renforcement musculaire, maintien d’un poids santé, sentiment de bien-être et j’en passe, parions que vous ne pourrez plus vous arrêter…

 

Des endroits enchanteurs

Histoire de vous inciter à courir, voici quelques suggestions de lieux particulièrement invitants pour la course :

Halifax : Point Plesant Park – http://g.co/maps/bm9ts

Régina : Wascana Park – http://g.co/maps/qjvnx

Vancouver : Stanley Park – http://g.co/maps/mbcuh

Gatineau : Lac Lemay – http://g.co/maps/mtmc4

Montréal : Parc du Mont-Royal – http://g.co/maps/5kw2d

Parc Maisonneuve –http://g.co/maps/q55jx

Parc Jarry – http://g.co/maps/9vcsd

Longueil : parc Régional du vieux Longueil – http://g.co/maps/puj8s

 

 

Pour s’informer sur les possibilités de courir pour la cause du cancer colorectal consultez les sites des différents évènement ou communiquez directement avec l’ACCC :

Oakville Half Marathon: 25 septembre 2011 http://www.oakvillehalfmarathon.com/default.shtml

Marathon Oasis de Montréal : 25 septembre 2011 http://www.marathondemontreal.com/fr/index.html

Marathon Scotiabank Water Front: 16 octobre 2011 http://www.torontowaterfrontmarathon.com/

Marathon Banque Scotia de Montréal : 29 avril 2012 http://www.canadarunningseries.com/monthalf/index.htm



[1] http://ajl.sagepub.com/content/3/5/337.abstract

[2] http://www.who.int/dietphysicalactivity/physical_activity_intensity/fr/index.html

[3] http://www.who.int/dietphysicalactivity/physical_activity_intensity/fr/index.html

[4] http://well.blogs.nytimes.com/2010/10/13/phys-ed-do-marathons-wreck-your-knees/

[5] http://runners.fr/courir-c-est-bon-pour-les-genoux/

[6] http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2011/RDI2/RDIEnDirectMatinWeekend201109240900_1.asx

[7] http://www.webmd.com/fitness-exercise/news/20110217/stretch-before-running-new-twist-on-old-debate

 

Redéfinir le bon vivant

Malgré la température chaude qui persiste, les premiers signes de l’automne ne tarderont pas à souffler sur nos terrasses. Vous regardez votre BBQ et êtes déjà nostalgique de cette bonne viande rouge grillée dont vous vous êtes délecté pendant la saison chaude, des cigarettes que vous avez savourées les unes après les autres et de ce vélo dont vous n’avez cessé de remettre à plus tard l’entretien. Vous pourriez vous sentir coupable, mais qu’à cela ne tienne, vous êtes un « bon vivant » vous dites-vous, refoulant loin de vos pensées ces saines habitudes de vie… qui vous martèle la conscience!

Et si l’on revisitait la définition du « bon vivant »?

Vous avez sans doute déjà entendu quelqu’un excuser le surplus de poids et le manque d’exercices d’un ami, conjoint ou collègue en s’exclamant : « C’est un bon vivant celui-là! »

Et si être un « bon vivant » signifiait davantage mettre toutes les chances de sont côté, pour vivre mieux et plus en santé?

Remettons les pendules à l’heure, et réapproprions-nous le terme « bon vivant » en  croyant plutôt, qu’être un bon vivant c’est savoir profiter des plaisirs de la vie pour vivre mieux et plus en santé.

En effet, alors que plusieurs études ont démontré que des habitudes telles que la consommation élevée de viande rouge, une alimentation pauvre en grain entier et en fruits et légumes et fumer peuvent vous mener tout droit vers le développement d’un cancer, pourquoi considérons-nous ces travers comme l’apanage du sacro-saint bon vivant ? Il ne s’agit pourtant que de quelques changements dans votre quotidien pour mieux vivre et du même coup réduire considérablement vos chances de développer un cancer colorectal. Il est peut-être temps de se réapproprier le terme et de revendiquer le plaisir d’être un bon vivant  en bonne santé!

Soft Heart By Irwin-Scott

 

 

Réduire sa consommation de viande rouge

Que les grands carnivores se rassurent : il ne s’agit pas ici de devenir végétarien. Que l’on aime les rôtis braisés, les pots au feu et les steaks de filet mignon au BBQ, ne vous donnera pas le cancer.

Par contre, il est vrai que le fonds mondial de recherche contre le cancer (FMRC) recommande de limiter sa consommation de viande rouge à 1lbs (500g) par semaine, afin de réduire son risque de développer un cancer colorectal et cette règle va de pair avec notre nouvelle définition du bon vivant.

Manger moins de viande sans perdre de saveur

Opter pour une alimentation faible en viande rouge et en gras sans perdre le plaisir de manger une nourriture gouteuse est tout à fait possible.

Le bon vivant n’abuse pas des bonnes viandes rouges, il préconise plutôt le poulet mariné dans de délicieuses marinades de yogourt au miel et au citron, des poissons braisés à l’ail et à l’huile d’olive et des casseroles aux fèves rouges et aux lentilles aromatisées au cari et à la coriandre fraiche. À l’occasion, il déguste avec engouement un tatare de bœuf épicé, et intègre à son quotidien les recettes les plus savoureuses de penne aux noix de pins et au pesto, qu’il déguste avec un peu de pain frais aux graines de tournesol… et un bon verre de rouge!

Vous n’êtes pas convaincue? Peut-être devriez-vous ajouter des herbes fraîches, de la musique et quelques amis à votre table.

Manger moins de viande rouge est une façon simple d’intégrer la prévention du cancer colorectal à son quotidien. Plusieurs personnes ont déjà fait le pas en adhérant au mouvement lundi sans viande, mais il n’est pas nécessaire de couper complètement sa consommation de viande pour mettre toutes les chances de son côté. More >