Archive for November, 2010

Dernière nouvelle au Québec- dépistage du cancer colorectal (enfin!)

Lutte contre le cancer – LE MINISTRE YVES BOLDUC ANNONCE LE DÉPLOIEMENT PROGRESSIF D’UN PROGRAMME QUÉBÉCOIS DE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL

QUÉBEC, le 23 nov. 2010 /CNW Telbec/ – Le ministre de la Santé et des Services sociaux, le docteur Yves Bolduc, a annoncé aujourd’hui qu’un programme québécois de dépistage du cancer colorectal sera déployé progressivement au sein de huit établissements de santé du Québec par l’entremise de projets de démonstration. « Ces projets de démonstration vont nous permettre de tester les modalités et mécanismes requis pour implanter un programme de dépistage du cancer colorectal conforme aux normes établies notamment sur le plan de la qualité et de l’accessibilité », a déclaré le docteur Bolduc.

Le ministre a insisté sur la notion d’étape, expliquant l’importance de procéder de façon méthodique et rigoureuse afin d’assurer la qualité et l’accessibilité du futur programme. À cet égard, il a précisé que l’expérience a démontré qu’il s’agit de la meilleure façon de procéder. La pertinence et la faisabilité d’un programme de dépistage du cancer colorectal ont préalablement été confirmées dans un avis produit par l’Institut national de santé publique du Québec à la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Déploiement progressif

Sur le terrain, les projets de démonstration se dérouleront en deux phases. La faisabilité du programme de dépistage sera testée et les établissements devront répondre à la demande supplémentaire d’examens en coloscopie générée par le dépistage. Cela devra se faire sans bris de service tant pour les personnes à haut risque que pour celles qui présentent des symptômes et celles qui sont en suivi de cancer colorectal. De plus, les normes organisationnelles établies par le Ministère et les normes cliniques élaborées en partenariat avec le Collège des médecins devront être respectées.

Les sites choisis pour réaliser les projets de démonstration ont été retenus au terme d’un processus rigoureux de sélection. Il s’agit des établissements suivants :

  • le CSSS de Rivière-du-Loup;
  • l’équipe conjointe du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec – Hôpital du Saint-Sacrement et du Centre hospitalier universitaire de Québec – Hôpital Saint-François d’Assise;
  • le CSSS d’Arthabaska-et-de-l’Érable;
  • l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont;
  • le CSSS du Sud-Ouest-Verdun;
  • le Centre universitaire de santé McGill;
  • le Centre hospitalier affilié universitaire – Hôtel-Dieu de Lévis;
  • le CSSS Pierre-Boucher.

Inscrit dans les Orientations prioritaires 2007-2012 du Programme québécois de lutte contre le cancer, le dépistage est un moyen très efficace pour détecter la présence de certains cancers en l’absence de tout symptôme, comme c’est généralement le cas au premier stade du cancer colorectal. Il devient alors possible d’agir de façon précoce pour contrôler l’évolution de ce cancer et même le guérir avant qu’il ne parvienne à un stade plus avancé.

« Notre gouvernement est fermement engagé dans la lutte contre le cancer. D’ailleurs, avec l’annonce d’aujourd’hui, nous franchissons une étape déterminante vers le déploiement progressif d’un programme québécois de dépistage du cancer colorectal, en mettant en place les conditions gagnantes pour assurer le succès du programme. J’ai la ferme conviction que cette démarche nous permettra de réduire, de façon significative la mortalité associée au cancer colorectal », a conclu le ministre.

Accès aux traitements contre le cancer colorectal à Québec – une crise?

Accès aux traitements contre le cancer colorectal à Québec – une crise?

Avons-nous accès aux meilleurs traitements contre le cancer? Nathalie Rodrigue, porte-parole et vice-présidente de la Coalition priorité cancer en parle avec Isabelle Maréchal, de <<Isabelle le matin>>

Statistiques québécoises sur le cancer colorectal

Environ 5 900 nouveaux cas de cancer colorectal (3 300 hommes – 2 600 femmes)

Environ 2 500 personnes emportées par cette maladie (1 350 hommes – 1 150 femmes)