Archive for December, 2011

Des fêtes sans excès: C’est possible!

Des fêtes sans excès: C’est possible!

Pour plusieurs personnes touchées par le cancer colorectal, adopter de bonnes habitudes de vie comme une alimentation saine et faire davantage d’exercice est indispensable. Or, il est parfois difficile de garder la ligne et de manger santé pendant la période des fêtes; les gens tendent à croire que les excès sont inévitables. Cette année, faites les choses différemment et devenez une source d’inspiration pour votre entourage en souhaitant la santé et en offrant aux gens que vous aimez des trucs simples et efficaces pour profiter au maximum de cette période de réflexion et de réjouissance!

Éviter de surcharger son estomac : comment résister?

Nous le faisons tous, lorsque l’envie de détacher le bouton du jeans se fait sentir, c’est parce que nous avons trop mangé. Les excès de sauce, de ragoût, de sucreries et d’alcool, au-delà du facteur calorique, peuvent occasionner des inconforts digestifs et vous encombrer sérieusement pendant les fêtes. Puisqu’il est difficile de résister à la tentation de goûter à tous ces petits plats qu’on ne prépare qu’à Noël, voici 3 règles simples à appliquer pour éviter de surcharger son estomac :

1. Éviter de sauter des repas

La pire chose à faire : éviter de manger pendant la journée en prévision d’un repas copieux.

La meilleure chose à faire : manger à des heures régulières. Manger à des heures régulières aide au maintien d’une bonne glycémie. Même si l’appétit n’est pas au rendez-vous, un goûter légé vous évitera d’être affamé et d’engloutir la moitié du buffet à vous seul. Même si vous mangez peu, vous aurez tendance à mieux gérer votre appétit et serez moins tenté par les aliments gras, sucrés et salés. Vos repas devraient toujours contenir des légumes et des protéines pour bien vous soutenir.

Quoi manger si je n’ai pas faim?

Au déjeuner : Un œuf cuit dur et un fruit

Au diner : Une soupe à la dinde, aux légumes et à l’orge.

À grignoter : Bâtonnets de légumes, fromage, fruits, yogourt au miel et à la cannelle.

2. Soyez stratégique !

Le buffet : Le buffet est un classique du temps des fêtes et qui dit buffet dit bouffe à volonté. Pour éviter d’exagérer, servez-vous d’une petite assiette à dessert plutôt que d’une grande assiette et éloignez-vous du buffet! Inutile de s’asseoir entre la dinde et les patates, cela ne servira qu’à vous tenter davantage. Vous pourriez également commencer par manger des légumes avant de vous attaquer au copieux ragoût de boulettes. Vous vous assurez ainsi de manger davantage d’aliments sains et éviter les excès de gras et de sel.

À table : Lors des repas à table, signalez à votre hôte que vous voulez une petite portion. En règle général, la moitié de votre assiette devrait contenir des légumes, mais tradition oblige, en dehors des patates pilées au beurre et à la crème il risque d’y avoir peu de légumes au menu. Ainsi, commencez tout simplement par une portion plus petite qu’à l’habitude. Combinée avec l’apéro, les bouchées, le pain et le dessert, vous devriez être amplement rassasiée. Dites-vous que nous avons les yeux plus grands que la panse.

Les pièges!

Les bouchées : Pour éviter de sauter dans les bouchées et d’exagérer avant le repas, mangez une collation comme un fruit et assurez-vous de boire beaucoup d’eau avant la soirée.

La sauce : Gare aux excès de sauce! La sauce aussi bonne au goût soit elle est souvent salée et grasse. À asperger avec modération.

Le pain : Évitez de sauter dans le pain. Facile et bourratif le pain n’est pas indispensable. Si vous ne voulez pas vous passer du pain au beurre trempé dans la sauce, réduisez tout simplement vos portions, après tout c’est Noël.

3. Buvez de l’eau, beaucoup d’eau et encore de l’eau!

Entre les réceptions : L’eau hydrate et coupe la faim. Nous confondons parfois la faim et la déshydratation, car lorsque le corps est déshydraté il recherche l’eau dans les aliments. Boire de l’eau le plus souvent possible vous permettra de demeurer bien hydraté malgré le verre de trop de la veille et de contrôler votre appétit. Vous éviterez donc de trop manger.

Pendant les réceptions : Prenez l’habitude d’alterner verre d’alcool et verre d’eau. Cette pratique réduira certainement votre consommation d’alcool de moitié, vous évitera la déshydratation et les calories en trop. On tant souvent à l’oublier, mais l’alcool est aussi une source de calories.

Les trucs

Éviter les boissons sucrées : Seule l’eau désaltère, il est donc inutile de boire des boissons sucrées qui ne feront qu’ajouter aux nombreuses calories des fêtes.

Ne pas attendre d’avoir soif pour boire : N’attendez pas d’avoir soif pour boire. Lorsque l’on ressent la soif, il est déjà trop tard.

Un verre d’eau à portée de main : En laissant trainer un verre d’eau sur le comptoir, vous penserez à boire dès que vous passerez devant.

 

En suivant ces conseils, vous évitez les inconforts liés aux excès. Soyez à votre meilleur, tenez-vous loin des indigestions, de la vilaine gueule de bois et amusez-vous!

Dix craintes liées à la coloscopie

Dix craintes liées à la coloscopie

À ce jour, nous savons que le meilleur moyen de prévenir le cancer colorectal demeure le dépistage. Or, plusieurs personnes hésitent à se faire dépister en raison de l’inconfort que produit la seule mention de la coloscopie. Bien que la coloscopie ne soit pas la seule méthode de dépistage du cancer colorectal, elle demeure la plus efficace, car elle permet un examen approfondi du côlon. L’American Cancer Society publiait en octobre 2006 une liste des 10 craintes les plus répandues par rapport à la coloscopie. Six ans plus tard, il semblerait que ces craintes soient toujours l’un des facteurs qui repoussent les gens à se faire dépister.

Qu’est-ce que la colonoscopie?

La colonoscopie ou coloscopie est une procédure qui consiste à insérer une sonde appelée coloscope qui est une sorte de petite caméra permettant d’explorer l’intérieur du côlon de façon très complète. La sonde permet d’explorer en profondeur l’intérieur du corps, du rectum jusqu’à l’intestin grêle. Cet examen demeure le plus complet pour le dépistage du cancer colorectal.

La colonoscopie en image

 

Voici un dossier complet pour que vous n’ayez plus à craindre la colonoscopie !

  1. J’ai peur de la douleur

Un sédatif est donné au patient afin de minimiser l’inconfort de l’intervention. Le test est d’une durée moyenne de 30 min, à moins que la découverte et le retrait d’un polype ne nécessitent une prolongation. La sédation devrait vous aider à vous détendre. Certaines personnes réagissent mieux que d’autres au stress et à la douleur. Si la peur de la douleur vous empêche de passer votre examen, discutez-en avec votre médecin qui pourra ajuster la procédure en conséquence.

  1. Je suis gênée à l’idée de savoir que quelqu’un regardera par là…

La gêne est sans doute l’un des éléments très embêtants lorsque l’on doit se soumettre à un tel examen. Dites-vous que, lors de l’examen, vous n’aurez pas conscience que votre médecin regarde par là! Le personnel médical est conscient de la gêne engendrée par ce type d’intervention et a l’habitude d’agir de façon très professionnelle. La sédation vous permettra d’être plus détendu et la procédure aura lieu dans une salle privée à l’abri des regards. Dites-vous que votre médecin a tout de même choisi sa profession et qu’il en a vu bien d’autres…

  1. Je ne sais pas si je serai capable de suivre la procédure préparatoire

La préparation à une colonoscopie est sans doute la partie causant le plus de désagréments aux patients. Parce que votre côlon doit être complètement vide et propre, votre médecin vous prescrira des laxatifs sous forme de liquide, de pilule ou les deux. Il est important que le côlon soit complètement vidé afin que votre médecin puisse bien voir l’intérieur de celui-ci. On vous demandera aussi d’être à jeun quelques heures avant l’intervention. Il est possible qu’on vous demande de ne boire que des liquides clairs, car les jus avec colorant rouge, bleu ou mauve peuvent demeurer à l’intérieur du côlon et être pris pour du sang lors de l’examen. La préparation est désagréable, mais il existe différentes façons de procéder. N’hésitez pas à poser des questions à votre médecin pour trouver la procédure qui vous conviendra.

  1. J’ai peur de devoir m’absenter trop longtemps du travail

Vous devrez peut-être prendre une journée de congé avant la colonoscopie, car vous devrez passer beaucoup de temps à la toilette. Selon les traitements prescrits, certaines personnes ont des résultats plus inconvénients que d’autre. N’oubliez pas de demander l’avis de votre médecin. Vous ne pourrez pas retourner au travail après la colonoscopie, car vous serez encore trop endormie. Il est aussi préférable que quelqu’un vienne vous chercher après la procédure, car vous serez dans l’incapacité de conduire. Par contre, la plupart des gens sont en mesure de reprendre leurs activités quotidiennes rapidement.

  1. J’ai peur que ce soit trop dispendieux

Si vous bénéficiez de l’assurance maladie de votre province, la colonoscopie est gratuite et accessible pour tous.

  1. J’ai peur de devoir attendre trop longtemps avant d’avoir un rendez-vous

Le cancer colorectal est la 2e cause de mortalité par cancer au Canada, et le dépistage précoce est la meilleure façon de lutter contre cette maladie. Il existe des programmes de dépistage accessible à tous à travers le pays. Pour connaître la procédure à suivre afin de passer un test de dépistage partout au Canada, consultez le lien suivant : www.cancerview.ca/portal/server.pt/community/C_lonversation/492/O_subir un test de d_pistage/4729

Si vous n’avez pas de médecin de famille et que vous avez du sang dans vos selles, des douleurs abdominales importantes ou tout autre symptôme vous laissant perplexe, n’hésitez pas à vous rendre à l’urgence. Si vous avez du sang dans vos selles, n’attendez pas!

  1. Je ne peux pas me permettre de rester au lit plusieurs jours

Une fois les effets de la sédation dissipés, vous pourrez retourner à vos occupations très rapidement. Si votre médecin doit vous retirer un polype, il vous recommandera peut-être de limiter vos activités et de vous reposer davantage. D’ordre général, malgré l’envie de vous reposer, vous n’aurez pas à rester au lit.

  1. J’ai peur des inconforts après l’intervention

Le corps humain est une machine extraordinaire qui s’adapte très rapidement. Vous pourriez avoir des gaz, ressentir des crampes causées par ceux-ci ou avoir des saignements, mais tous ces inconforts devraient s’estomper en quelques heures ou du moins, dès que vous recommencerez à manger.

  1. J’ai peur que l’examen révèle de mauvaises surprises

Plusieurs personnes évitent la colonoscopie, car ils préfèrent ne pas savoir. Pourtant, nous savons que le cancer colorectal est un cancer guérissable dans 90 % des cas lorsqu’il est dépisté de façon précoce. La découverte d’un polype n’est pas dramatique en soi. Les polypes ne sont pas tous cancéreux et ceux-ci lorsqu’ils sont détectés à temps sont nettement plus faciles à éliminer que lorsque le cancer s’est rependu. Le cancer colorectal est une maladie qui se développe lentement et souvent sans symptômes, d’où l’importance de se faire dépister. Il vaut mieux se faire enlever un polype pendant qu’il est encore jeune plutôt que de le laisser croître lentement et sournoisement à l’intérieur de vous.

  1. J’ai peur que mon médecin manque quelque chose

Il est important en tant que patient de poser des questions à votre médecin. La colonoscopie est effectuée par un spécialiste qui a l’habitude de ce type de procédure. Si vous êtes mal à l’aise avec votre médecin et que vous avez des doutes, n’hésitez pas à demander un deuxième avis médical. C’est de votre santé dont il est question et vous avez tout à fait le droit de trouver des réponses claires à vos questions.

 

Pour savoir où et comment passer un test de dépistage partout au Canada :

www.cancerview.ca/portal/server.pt/community/C_lonversation/492/O_subir un test de d_pistage/4729

Pour plus d’informations sur les tests de dépistages, les personnes ciblées et toutes autres questions en lien avec le dépistage :

www.cancerview.ca/portal/server.pt/community/colonversation/492/pourquoi_subir_un_test_de_dépistage_/4727

Pour en savoir davantage sur les symptômes du cancer colorectal :

www.colorectal-cancer.ca/fr/les-faits-detour/symptomes/

Pour communiquer avec l’ACCC :

1-877-50-COLON

www.colorectal-cancer.ca/fr/