barryBarry Stein – Fondateur et PDG de l’ACCC
Diagnostic de cancer colorectal métastatique de stade IV en 1995

« Avant mon diagnostic, je ne comprenais pas très bien, voire pas du tout le cancer, mais je savais que je devais me battre. J’étais prêt à faire tout mon possible pour améliorer ma situation, mais je n’avais aucune expérience et j’avais beaucoup de mal à comprendre l’information qu’on me donnait. Je me suis alors promis de faire autant de recherche que possible pour arriver à prendre des décisions éclairées quant à mon traitement.

« Ma détermination s’est avérée une première étape cruciale dans mon parcours comme patient et survivant. Je sais maintenant que le cancer colorectal peut être évité, traité et vaincu. C’est pourquoi, depuis 1995, je consacre ma vie à sensibiliser la population à cette maladie, à soutenir les patients et leur famille, et à travailler à l’échelle nationale pour mettre en œuvre des programmes de dépistage ainsi que favoriser un accès équitable et rapide à des traitements efficaces en vue d’améliorer la situation des patients. »

Il y a plus de 20 ans, Barry Stein cherchait à créer un meilleur environnement médical qui accorderait une plus grande place au dépistage et améliorerait l’accès aux traitements pour tous les Canadiens touchés par le cancer colorectal. C’est ce qui l’a amené à fonder l’Association canadienne du cancer colorectal (ACCC). Sa mission se divise en trois aspects : sensibilisation, défense des intérêts et éducation, les trois piliers nécessaires pour un avenir sans cancer.

Dans le cadre de ses programmes, l’ACCC a mis en place des groupes de soutien mensuels partout au Canada pour offrir aux patients, à leur famille et aux soignants un lieu pour se réunir, discuter de leur situation personnelle et s’entraider dans les moments difficiles, mais aussi partager leurs succès. Les animateurs dévoués des groupes de soutien de l’ACCC fournissent aux participants de l’information p

ertinente au sujet des plus récents traitements pouvant leur venir en aide. Les participants soulignent souvent à quel point chacune des rencontres leur apporte un sentiment de puissance et une meilleure compréhension. Voici quelques témoignages des personnes que l’ACCC a aidées au fil des années :

Elan Freedy
Diagnostic de cancer rectal de stade IIIB 

Elan se sentait en pleine forme avant son examen annuel, mais de microscopiques traces de sang ont été détectées suite à son examen de la prostate. Considérant son jeune âge, l’omnipraticien et le spécialiste lui ont dit de ne pas s’inquiéter, mais ont tout de même recommandé une coloscopie, par précaution.

« Le jour du diagnostic m’apparaît encore comme un rêve. Je me souviens m’être dit que ce n’était pas possible.

« J’ai eu la chance de pouvoir compter sur l’amour et le soutien de ma famille et de ma femme, qui ont pris soin de moi à tous les stades du traitement. Je suis également reconnaissant d’avoir rencontré des gens fantastiques qui sont devenus des amis, qui m’ont accompagné dans mon parcours et ont enrichi ma vie. Je crois que toute personne qui traverse cette épreuve en ressort plus forte et avec une vision plus positive qu’auparavant. »

Frank Formusa
Diagnostic de cancer du côlon de stade IV

C’est à 66 ans que Frank Formusa a reçu son diagnostic de cancer.

À l’automne 2012, son oncologue laisse entendre à Frank qu’il serait un bon candidat pour une perfusion intra-artérielle hépatique – une procédure non disponible au Canada à l’époque. Frank écrit alors à de nombreux organismes provinciaux et fédéraux pour faire approuver cette procédure au Canada. C’est ainsi qu’il rencontre Barry Stein, qui lui fait part de son parcours personnel lié au cancer du côlon et lui présente Filomena Servidio-Italiano – animatrice d’un des groupes de soutien de l’ACCC.

« Personne ne devrait avoir à traverser cette épreuve seul. Les réunions de l’ACCC sont un endroit sécuritaire qui permet aux patients et à leur famille de se sentir écoutés et appréciés. Après chacune des rencontres, nous nous sommes sentis mieux informés et plus positifs.

« Merci l’ACCC, et merci Filomena! Je suis tellement reconnaissant de notre rencontre et de savoir que vous êtes là pour nous et tous ceux qui vivent

une épreuve semblable. »

 

jamie-1-245x300Jamie Mead
Diagnostic de cancer du côlon de stade IV deux semaines avant son 28e anniversaire

C’est après s’être rendue dans une clinique sans rendez-vous pour discuter de ses problèmes de reflux gastriques que Jamie a reçu son diagnostic.

« Mon chirurgien m’a avoué qu’il ne pensait jamais me revoir après notre première rencontre. Mais ma détermination, mon attitude positive et ma volonté de vivre m’ont permis de démentir tout le monde. Je sais que ma lutte contre le cancer du côlon n’est pas terminée. Je lutterai contre cette maladie pour le reste de ma vie, mais ça ira. Je ne suis pas reconnaissante envers le cancer – ce serait de la folie… Mais je suis reconnaissante envers ce qu’il m’a apporté. J’apprécie beaucoup plus ce qui m’entoure maintenant. Je suis devenue une toute nouvelle personne. »

 

 

IMG_0289

Linda Wilkins
Diagnostic de cancer colorectal de stade IV en août 2005

Après sa chirurgie visant à retirer la tumeur principale et 75 % de son côlon, puis une série de traitement de chimiothérapie, Linda fait la connaissa

nce de l’ACCC et de ses groupes de soutien.

« Mon histoire date de plus de 7 ans maintenant et je suis toujours sans aucune trace de la maladie. Suis-je une exception? Peut-être. Par contre, j’ai appris la leçon la plus importante, qui est d’être son propre militant. J’essaie de transmettre ce message à tous ceux qui voudront bien l’entendre. Je dois ma vie à l’ACCC et à leur groupe de soutien CCRAN. »


UntitledMarie Taurasi

Diagnostic de cancer rectal de stade III en janvier 2015

Lorsque Marie a reçu son diagnostic, elle avait très peu de symptômes. Mais après une coloscopie, son monde a basculé, entraînant évidemment celui de son mari et de leurs deux enfants (13 et 17 ans).

« Tout au long de ce périple, l’ACCC m’a éduquée sur la maladie et m’a offert du soutien et des conseils. J’ai beaucoup appris grâce à eux. Mais plus important encore, j’ai appris que cette maladie n’affecte pas seulement les personnes plus âgées! Elle est présente chez les hommes et les femmes de tout âge. Le cancer colorectal ne discrimine pas.

« L’ACCC est présente pour des gens comme vous et moi, pour des personnes qui ont désespérément besoin de soutien, d’orientation et surtout d’éducation. Leur but ultime est d’aider les gens touchés à traverser les hauts et les bas de cette terrible maladie.

« Je suis si heureuse d’avoir inclus l’ACCC dans mon parcours. Avec leur aide, je suis sans trace de cancer aujourd’hui! Ils m’ont redonné ma vie auprès de mes enfants et de mon mari. Merci à l’ACCC pour tout le soutien et les conseils. Vous êtes de vrais anges! »

 

197-150x150Werner Muehlemann
Diagnostic de cancer colorectal de stade IV à 28 ans

Quand Werner est allé voir son médecin au sujet des problèmes qu’il éprouvait, le médecin lui a dit de ne pas s’inquiéter puisqu’il était jeune et en forme. Après quelques tests, il reçoit toutefois un diagnostic de cancer colorectal.

« À cet instant, j’ai vu ma vie défiler devant mes yeux – ma carrière, mon rêve de me marier et de fonder une famille se sont envolés en fumée.

« L’ACCC m’a aidé à trouver toute l’information nécessaire pour comprendre les traitements que j’allais recevoir dans les mois suivants et ultimement, vaincre le cancer colorectal. L’ACCC a également aidé les membres de ma famille à trouver toute l’information dont ils avaient besoin pour m’appuyer durant ce long combat.

« Mon rêve maintenant, c’est que les tests de dépistage du cancer colorectal deviennent aussi intégrés à la routine qu’un simple rendez-vous chez le dentiste. »