L’Institut National du Cancer (INCa) annonce le lancement à hauteur de 3 millions d’euros, d’un nouveau programme de soutien aux 28 plateformes hospitalières de génétique moléculaire. Objectif, détecter un panel de bio-marqueurs permettant l’accès aux thérapies ciblées qui seront prochainement disponibles.

« Les progrès (accomplis) dans la compréhension des mécanismes moléculaires impliqués dans le processus tumoral mettent en évidence la diversité des cancers. Ils permettent d’identifier les cibles biologiques pour le développement de traitements spécifiques », souligne l’INCa. En France, 28 plateformes sont aujourd’hui affectées à la détection de ces bio-marqueurs. Ainsi pour le cancer colorectal, seuls les patients porteurs d’une forme non mutée du gène KRAS sont-ils susceptibles de bénéficier de deux nouveaux traitements ciblés.

Au congrès de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) qui s’est tenu début juin à Chicago, de nouvelles cibles thérapeutiques ont été mises en évidence. Elles concernent notamment les patients atteints d’un cancer du poumon, et présentant une altération du gène ALK. Un traitement ciblé innovant a d’ores et déjà fait preuve d’une efficacité particulière contre ce type de cancer.

Afin d’anticiper l’arrivée de nouvelles molécules ciblées, l’INCa met en place un programme de détection prospective de ces biomarqueurs émergents dans les cancers du colon et du rectum, du poumon et dans le mélanome. « Les résultats présentés à l’ASCO confirment la nécessité de ce programme de soutien aux plateformes », précise l’INCa. L’innovation en cancérologie ne cesse de s’accélérer. Ces changements et la capacité d’adaptation qu’ils traduisent, sont la matérialisation d’un renouveau de la recherche clinique française dans de nombreuses spécialités médicales.


Source: destinationsante.com