Partenaires dans la prévention

La Tournée du côlon géant a accueilli plus de 1,300 professionnels de la santé et de la sécurité à l’événement Partners in Prevention Health & Safety Conference & Trade Show au International Centre de Mississauga.

C’est la conférence la plus grande et la plus longue de l’industrie de la santé et de la sécurité au Canada, où plus de 4,000 professionnels de la santé et de la sécurité se réunissent pour discuter du monde des affaires.

La Tournée du Côlon géant a fait une apparition au festivités du World Pride à Toronto

La Tournée du Côlon géant a fait une apparition au Allan Gardens, au centre-ville de Toronto, dans le cadre des 10 jours de festivités du World Pride. Le personnel du Toronto Central Regional Cancer Program et de la Société canadienne du cancer ont rejoint l’équipe de l’ACCC pour accueillir et informer les résidents de l’Ontario, ainsi que tous les visiteurs venant de partout dans le monde, sur le dépistage du cancer colorectal.

Nous tenons à remercier spécialement Laura McDonald du Toronto Central Regional Cancer Program et Dr Ed Kucharski, soignant primaire à la tête du Toronto Central Local Health Integration Network chez Cancer Care Ontario, pour avoir été la force directrice de cet événement de sensibilisation auprès du public.

Jaime Martino, directeur des opérations pour Pride Toronto, a contribue en fournissant ce magnifique emplacement pour présenter le côlon géant interactif de 40 pieds de l’ACCC. Jessica et toute son équipe sur place étaient très impliquées et ont su rendre cette journée très agréable pour tous.

Nous sommes reconnaissants à Bariatrix Nutrition pour leur générosité en ayant fourni des fonds supplémentaires pour cet événement spécial de sensibilisation au cancer colorectal.

Journée tout en bleu

dress_blue_frSaviez-vous que le cancer colorectal est la deuxième cause de décès par cancer au Canada? Cette année seulement, au Canada, il sera diagnostiqué chez 23 900 personnes (hommes et femmes), et plus de 9 200 personnes en mourront, malheureusement. Pourtant, cette maladie est évitable, traitable et guérissabledans 90 % des cas lorsqu’on la découvre à un stade précoce.

Mars est le Mois national de la sensibilisation au cancer colorectal et, à cette occasion, l’Association canadienne du cancer colorectal (ACCC) tiendra pour la deuxième fois, le vendredi 7 mars 2014, son événement annuel intitulé Journée tout en bleu. Nous demandons aux écoles, aux entreprises et aux organismes de partout au pays de porter du bleu ce jour‑là afin de soutenir la sensibilisation au cancer colorectal. Nous espérons également que les participants inciteront leurs proches, leurs voisins et leurs collègues à passer un test de dépistage du cancer colorectal et à adopter de saines habitudes de vie, ce qui permettra en bout de ligne de prévenir de nombreux cas de cette maladie et de sauver bon nombre de vies.

Il est très facile de participer à notre Journée tout en bleu, qui s’apparente à la Journée nationale du denim, un événement organisé par la Fondation CURE pour amasser des fonds. Cependant, lors de la Journée tout en bleu, les participants s’habillent en bleu (plutôt qu’en denim) et soutiennent ainsi dans leur lutte l’ACCC et les personnes atteintes de cancer colorectal. L’ACCC aimerait collaborer avec vous pour faire connaitre et recueillir des fonds pour le cancer colorectal. S’il vous plaît encourager vos collègues, amis et membres de la famille à participer. Pour toutes informations sur la journée, l’inscription et les dons concernant cette cause, s’il vous plaît visitez: ccac.donordrive.com

L’ACCC s’emploie à accroître la sensibilisation au cancer colorectal, à offrir du soutien aux personnes qui en sont atteintes et à réclamer pour elles un meilleur accès aux services dont elles ont besoin. Nous  nous ferons un plaisir de vous envoyer de la documentation pour votre lieu de travail, notamment des brochures sur la façon de bien s’alimenter et des affiches sur cette journée, que vous pourrez disposer dans le coin-repas des employés ou distribuer à ces derniers.

Il n’y a pas de frais de participation, mais l’ACCC encourage vivement les participants à faire un don, même minime, pour appuyer la lutte contre le cancer colorectal, car même les plus petites sommes sont utiles.

La tournée du côlon géant: Sherbrooke

La tournée du côlon géant a fait escale pendant deux jours du 9 au 11 août au Carrefour de l’Estrie dans la magnifique ville de Sherbrooke, au Québec. Les gens de la région se sont avérés des hôtes très courtois et près de 7 000 visiteurs ont voulu connaître l’expérience qu’offrait notre incroyable exposition de sensibilisation interactive de 12 mètres. Puisque notre séjour coïncidait avec les Jeux du Canada, de nombreux visiteurs provenaient d’autres villes et d’autres provinces.

La Tournée du côlon géant s’est arrêtée au « Gutsy en marche »,

La Tournée du côlon géant s’est arrêtée au magnifique campus de l’Université de Colombie-Britannique pour la seconde fois cette année. L’arrêt avait lieu dans le cadre de « Gutsy en marche », un événement annuel de la Fondation canadienne des maladies inflammatoires de l’intestin (FCMII), section de Vancouver, tenu cette année le 9 juin 2013 au parc Thunderbird de cette ville. Pour le public, formé de gens soucieux de leur santé, le côlon géant a été la principale attraction du jour. Plus de 350 visiteurs ont parcouru l’intérieur de cette énorme structure gonflable rose.

 

 

 

< Strike Out Colon Cancer >

Un grand nombre de personnes se sont présentées pour la partie de balle molle/journée familiale Strike Out Colon Cancer à Pierrefonds en l’honneur de Steve Lisiak.  Plus de 5,000$ on été amassés pour l’association du cancer colorectal du Canada.  Un grand merci à Lisa Lisiak, Steve Legg et le fabuleux AJ.

 

Les récits de courage et d’espoir des survivants: Margaret Podgorski

Je m’appelle Margaret Podgorski.

En janvier 2009, on m’a diagnostiqué un cancer colorectal de stade IV. Depuis, quand je pense à moi-même, je pense à un cancer colorectal de stade IV. Ça changera peut-être  un jour, mais peut-être pas ― je m’en rends compte de plus en plus compte ― et ça durera peut-être longtemps. Alors j’apprends à vivre avec le cancer. Je le respecte; c’est mon cancer, et je compte bien me soigner.

Comme beaucoup de personnes atteintes de cancer, j’ai décidé que c’était une bonne occasion d’apporter dans ma vie tous les changements positifs que je voulais faire depuis si longtemps. Je m’y suis donc attelée, presque du jour au lendemain, et j’ai obtenu des résultats : je me suis vite sentie mieux. J’avais modifié mon alimentation, je prenais toutes sortes de suppléments, je faisais de l’exercice et j’essayais toutes les thérapies complémentaires qui me paraissaient bénéfiques. Je le fais encore, et je m’en porte toujours à merveille.

Un mois après mon diagnostic, on m’a enlevé ma tumeur primitive, et le rapport de pathologie a confirmé le diagnostic initial. Quelques semaines plus tard, les  médecins ont établi mon plan de traitement. Je me souviens m’être sentie impuissante. J’avais besoin de savoir et de comprendre ce qu’on allait me faire. Mais pour poser des questions pertinentes, il faut avoir des connaissances. Je m’étais informée du mieux que j’avais pu, mais je voulais tout savoir tout de suite au sujet de MON cancer. Je voulais bien comprendre ce qui m’arrivait pour pouvoir mieux me battre. Je me suis donc tournée vers Internet, mais j’ai vite été dépassée par la quantité incroyable d’information que j’obtenais. D’un autre côté, la perspective d’une chimiothérapie se pointait à l’horizon, et je faisais tout pour me débarrasser de mon cancer pour ne pas avoir à la subir, pour ne pas qu’elle vienne empoisonner mon organisme, que je venais de nettoyer… mais pas de chance : la tomodensitométrie que j’avais passée avant ma première chimiothérapie avait montré une progression importante de la maladie, qui s’était propagée à mes poumons et à mon foie. L’oncologue me parlait de traitements palliatifs, mais je me sentais plus en santé que jamais…  Mourir? Quand? Dans six mois? Qui pouvait le dire? J’étais dans la confusion, et ce moment a été pour moi le plus dur, même s’il n’a pas duré. Je savais que ça pouvait vraiment m’abattre. Heureusement, je me suis vite rappelé à moi-même que je me sentais bien et que je pouvais subir la chimiothérapie sans problème. J’étais prête… Je l’ai eue en avril 2009 et je l’ai passablement bien tolérée.

Pendant ce temps, je faisais des recherches sur les groupes de soutien. Tous ceux que je trouvais avaient beaucoup à offrir, mais je continuais à chercher pour trouver des gens qui comprendraient MA maladie et mes traitements. Mon mari est alors tombé sur l’histoire de Barry Stein et il a découvert qu’une réunion du programme de mentorat de l’Association canadienne du cancer colorectal (ACCC) allait avoir lieu à Toronto, en mai 2009.  Nous y sommes allés et y avons rencontré des gens merveilleux, tous touchés d’une façon ou d’une autre par LE MÊME CANCER QUE MOI et tous décidés à bien informer les personnes atteintes au sujet de cette maladie et des traitements utilisés pour la traiter.

Mon désir a été exaucé.

Cette expérience et l’aide du groupe de soutien de l’ACCC m’ont redonné confiance. J’ai pris conscience du fait que je n’arriverais pas à tout savoir sur mon cancer et qu’il y aurait toujours quelque chose de nouveau à apprendre sur lui. Je bénéficie maintenant d’un soutien, de conseils et de l’aide de gens qui peuvent m’aider et savent comment. Grâce à eux, je suis moins stressée et je peux accepter mes traitements.

En février 2010, j’ai subi une résection du foie suivie d’une autre chimiothérapie, après quoi on a procédé, au début de 2011, à une résection de mon poumon gauche, puis de mon poumon droit. J’ai ensuite reçu d’autres traitements de chimiothérapie et, en janvier 2012, j’ai eu une deuxième résection hépatique. D’autres résections de ce type étaient prévues en 2012, mais elles n’ont pas eu lieu parce que des cellules cancéreuses sont réapparues dans mon foie. En juillet 2012, j’ai encore suivi une chimiothérapie. On m’a alors dit que la chirurgie n’était pas une possibilité dans mon cas, alors j’ai commencé à examiner mes options en revue avec Filomena. Elle a trouvé une solution, et j’ai subi en janvier 2013 une radiothérapie des poumons qui a duré deux mois. Le 15 avril 2012, je passais une tomographie par émission de positons de tout le corps, à la clinique où j’avais suivi ma radiothérapie. Soudain, l’urgence était ailleurs : l’examen avait révélé la présence de plusieurs tumeurs dans mon cerveau. Heureusement, on les avait découvertes à temps. J’ai donc subi une  radiothérapie de tout le cerveau et maintenant, en mai 2013, je suis une autre chimiothérapie, ma préférée : la thérapie FOLFIRI combiné à l’AVASTIN. J’espère avoir de bons résultats.

Je suis toujours vivante et je me sens bien. Oui, je sais que je succomberai probablement à MON cancer colorectal.

Mais quand? Personne ne le sait…

Margaret Podgorski

« Sortez! Bougez! »

Samedi dernier, sous un ciel nuageux et une bruine tenace, 100 personnes ont bravé un temps peu clément afin de participer à l’événement « Sortez! Bougez! », organisé par l’Association canadienne du cancer colorectal (ACCC) pour promouvoir l’adoption de saines habitudes de vie et la prévention du cancer, et consistant en une journée d’activités physiques.

L’événement, qui avait lieu au pavillon du Lac-aux-Castors du Mont-Royal, à Montréal, a permis d’amasser 8 203 $ pour l’ACCC.

En contrepartie d’un don minimal de 25 $, les participants pouvaient choisir parmi un vaste éventail d’activités physiques conçues pour les faire bouger d’une façon ou d’une autre.

Yoga, Pilates, vélo, randonnée pédestre, kickboxing, zumba, « bootcamp », Essentrics ou promenade de chiens en groupe, chacun pouvait y trouver son compte! Et un délicieux repas santé était offert à tous les participants après les activités.

Invitée spéciale pour l’occasion, la nutritionniste Janna Boloten était présente pour fournir des informations utiles sur les saines habitudes alimentaires et les aliments anti-cancer.

Tout le monde peut réduire son risque de développer un cancer colorectal ou d’autres maladies en ayant une bonne alimentation et en faisant régulièrement de l’exercice. Peu importe si vous étiez ou non des nôtres la semaine dernière lors de notre événement, nous vous encourageons à intégrer cet été à votre routine hebdomadaire une activité de plein air que vous aimez particulièrement.

Nous tenons à remercier spécialement tous nos commanditaires, notamment le cabinet comptable Richter, les sociétés de gestion de placements Pembroke et  Dorchester, le groupe de services immobiliers Canderel et la boutique iStore, ainsi que l’ensemble des participants enthousiastes qui n’ont pas ménagé leurs efforts pour faire de cet événement amusant et instructif un succès, certains étant même venus d’Ottawa pour y prendre part.

Pour accéder à l’album photo de l’événement, rendez-vous sur la page Facebook de l’ACCC.

CANCER ET CULTURE: AGIR DIFFÉREMMENT

Le 15 mai 2013 L’Association canadienne du cancer colorectal a participé au symposium CANCER ET CULTURE: AGIR DIFFÉREMMENT présenté par la Coalition Priorité Cancer au Québec et l’Alliance des communautés culturelles pour l’égalité dans la santé et les services sociaux (ACCÉSSS), ce symposium a abordé les différentes particularités de la clientèle ethnoculturelle, des relations patients-soignants dans un contexte interculturel, s’intéressant notamment aux moyens d’améliorer la compréhension et la participation des patients et de leurs familles à des programmes de santé publique de prévention et de dépistage, et aux traitements du cancer.

La Tournée du Côlon Géant à visité la ville de Québec

La Tournée du Côlon Géant à visité la ville de Québec pendant trois jours du 9 au 11 mai dans le cadre du Salon Vacances Évasion dans Les Galeries de la Capitale. Plus de 6.500 personnes ont visitées notre fabuleux colon qui mesure 40 pieds de long.
Un grand merci à nos bénévoles Jeannette Pane et Jacynthe Boudreault qui ont assistée Dave Black et Frank Pitman de l’ACCC.