Non Classé

Ode à la colonoscopie

Ode à la colonoscopie

Bienvenue sur mon blogue mensuel dédié à cette merveilleuse partie du corps humain : le derrière, cette chose incroyable. Je ne parle pas de l’extérieur (malgré que cela peut être très inspirant, après tout, qui n’apprécie pas un petit coup d’œil de derrière?), car ce qui compte vraiment ce trouve à l’intérieur et lorsque vous affrontez une menace soudaine comme cela m’est arrivé l’année dernière, vous réalisez à quel point vous aimez que vos fesses soient en santé. OK, toute cette histoire n’a rien de « glamour ». Les gens en général, n’aiment pas parler de leur arrière-train, mais regardez plutôt les faits; le cancer colorectal est traitable dans 90 % des cas. Vous pouvez jouer en votre faveur alors pourquoi pas?

En tant que marathonienne, je connais l’importance d’une bonne alimentation (moins de viande rouge, moins de mauvais gras et, plus important encore, manger des légumes) mais j’aimerais insister sur l’une des choses les plus importantes que vous pouvez faire pour vos fesses : vous faire dépister.

L’on m’a dit il y a bien longtemps que le cancer colorectal était une affaire de vieux hommes. Mais, c’est faux. Après tout, je suis une jeune femme en santé (dans la jeune quarantaine) et une très bonne amie à moi a le même (mais plus sérieux) problème. Merci à la colonoscopie et à la découverte précoce de polypes qui auraient pu devenir graves, nous avons toutes les deux découvertes qu’il valait mieux garder un œil sur nos fesses dans les années à venir. Sans le dépistage, un jour, ces petites choses auraient pu être désastreuses. Généralement parlant, cela prend quelques années pour qu’une excroissance se transforme en cancer, et c’est pourquoi il est encore plus fou de ne pas se faire dépister.

Vous avez un historique familial de cancer colorectal? Du sang dans les selles? (tout cela est très effrayant, je l’ai vécu ainsi que l’historique familial). Ou peut-être avez-vous des douleurs abdominales persistantes comme des crampes, des gaz, des douleurs ou un sentiment que votre côlon ne se vide jamais complètement, lorsque vous allez (vous savez…) à la selle. Enfin. Faites voir vos fesses pour une colonoscopie. Vous vous joindrez donc au club. La colonoscopie devient tendance, même Opra en a subi une, et en a parlé en onde. Vous voulez m’entendre en dire plus?

Si votre colonoscopie ne montre rien, tant mieux. Si quelque chose est trouvé, alors le mieux est de le savoir tôt. Vous aurez besoin d’un suivi et d’une colonoscopie à chaque 5 ans, mais cela est mieux que l’alternative. De plus, ce n’est pas si terrible. Bien sûr, les deux jours avant la procédure ne sont pas roses, alors que vous découvrez des réserves de … déchets que vous ne croyez même pas possibles, mais c’est une bonne occasion de prendre les choses tranquillement et de manger des tonnes de jello. Pour parler de la procédure, voici un secret dont personne ne parle : la médication est fabuleuse! J’aurais aimé que mon anesthésiste soit en nomination pour le prix de l’ordre du Canada.

Lire entre les lignes veut dire ceci : la peur n’en vaut pas la chandelle lorsqu’il s’agit de risquer votre santé. Faites voir vos fesses.

 

NB Vous cherche une façon de favoriser votre régularité intestinale? Essayez mes biscuits « colonoscopie ». Ces biscuits remettront vos fesses sur pied et en plus, ils sont bons!

Biscuits colonoscopie de Jen (contiennent de l’avoine, des pépites de chocolats et bon pour les diabétiques!)

2 tasses de farine de blé entier
2 tasses de flocon d’avoine à cuisson rapide
1 c. à thé de poudre à pâte
1 c. à thé de bicarbonate de soude
½ c. à thé de sel
Garniture : pépites de chocolats, flocons de noix de coco, cacao.

2 tasses de Splenda ou un substitut de sucre sans aspartame
1 tasse de margarine faible en gras
2 oeufs
1-2 c. à table de vanille
1/2 tasse de lait écrémé

 

Mettre tous les ingrédients secs dans un bol, réserver. Dans un 2e bol, mélanger le splenda, la margarine, les œufs et la vanille et ajouter aux ingrédients secs. Ajouter le lait (ajuster la dose au besoin).

Faire de petites boules avec la pâte, déposer sur un papier parchemin et décorer. Cuire au four à 350c pour environ 10 min ou jusqu’à obtention de la consistance voulue.

 

Jennifer Hartley est rédactrice et rédactrice en chef pour Ottawa Life Magazine et rédactrice pour Ottawa Outdoor Magazine. Elle a été rédactrice en chef de cinéma pour Ottawa Xpress et le journal Metro aujourd’hui disparut. Elle a écrit une variété d’articles pour différents magazines à travers le Canada et à l’étranger au Royaume-Uni.

L’ACCC en partenariat avec l’hôpital Mt. Sinai

L’ACCC en partenariat avec l’hôpital Mt. Sinai

L’ACCC collabore avec le Dr Kerry Bowman chercheur en bioéthique à l’hôpital Mt. Sinai dans le cadre d’un projet de recherche impliquant des anticorps synthétiques dans le traitement du cancer colorectal et d’autres cancers. Nous continuons de donner des conférences sur l’évolution des maladies, des questions d’éthique dans le traitement du cancer colorectal et du coût des médicaments et du poids des traitements rencontrés par les patients et leurs familles. L’ACCC offrira son soutien dans la prochaine étape du projet en recrutant des individus qui ont eu le cancer colorectal, afin d’explorer leurs expériences en lien avec le coût actuel des médicaments. Restez à l’affût, alors que l’ACCC poursuit son travail de partenariat dans ce projet pilote avec l’hôpital Mt-Sinais.

Faire le plein de petits fruits

Faire le plein de petits fruits

La saison des petits fruits est commencée au Québec et toutes les raisons sont bonnes pour se régaler! En effet, fraises, framboises, bleuets et mûres sont munis d’un pouvoir  antioxydant très élevé, ce qui aiderait à prévenir plusieurs maladies comme certains cancer.

Il a été démontré par plusieurs études qu’une consommation élevée en fruits et légumes diminuerait beaucoup les chances de développer un cancer colorectal. De plus, c’est tellement bon, nul besoin de s’en priver!

Faire le plein pour l’hiver

Faites-le plein de petits fruits du Québec et congelez vos précieuses récoltes. En effet, les petits fruits étant parfois dispendieux or saison, il vaut donc la peine d’acheter un gros et de congeler les surplus. Ainsi vous profiterez des bienfaits de ces aliments même en période hivernale.

Recette de sorbet aux petits fruits :

–       4 tasses de petits fruits mélangés (au choix)

–       1/3 de tasse de jus (au choix)

–       1c. à thé de sirop d’érable

–       quelques feuilles de menthe fraîche

Broyer les petits fruits au mélangeur jusqu’à obtention d’une purée ni trop lisse ni trop grumeleuse.

Ajouter le jus et le sirop d’érable et bien mélanger.

Laisser prendre au congélateur environ 2heures.

Sortir du congélateur environ 10min., ajouter des feuilles de menthes pour décorer et déguster!

Des idées pour jouer dehors en famille

Des idées pour jouer dehors en famille

Avec la saison chaude, toutes les excuses sont bonnes pour jouer dehors et se remettre en forme avec un peu d’exercices. Voici le top 5 des activités à faire en famille pour inculquer à tous le goût de bouger et de prendre sa santé en main!

  1. La marche:

Nul besoin de demeurer tout près du bureau pour marcher jusqu’à son travail, il suffit de se stationner un peu plus loin qu’à votre habitude. Un simple 30 min de marche par jour, d’un pas rapide et soutenu, pourrait faire toute la différence. En plus de vous oxygéner l’esprit, la marche favorise la régularité intestinale et est un plus pour votre cœur. Inculquez cette bonne habitude aux enfants en les incitants à marcher lors de vos sorties familiales, organisez une course jusqu’à l’entrée, premier arrivée premier servis!

  1. Arbres en arbres :

Corde, tyroliennes, échelles dans les arbres, etc. les activités offertes par arbres en arbres représentent un véritable défit pour toute la famille. En offrant une journée d’activité sportive à vos enfants, vous leur apprenez à aimer bouger et à relever des défis de taille!

http://www.arbreenarbre.com/

  1. Entrainement dans les parcs (Trekfit) :

Plusieurs parcs au pays offrent désormais des aires d’entrainement gratuit avec tout ce qu’il vous faut pour travailler vos muscles en plein air. Sous forme de station, vous trouverez dans certains parcs comme au parc Jean-Drapeau à Montréal ou au Point Pleasant Park à Halifax, des stations d’entrainement comportant des installations (barres, banc pour le travail des cuisses, etc.) et quelques instructions pour vous permettre de vous entrainer simplement et gratuitement.

http://www.trekfit.ca/solutions-ventes-circuit-exterieur.php

  1. Yoga en plein air :

Étant donné sa popularité, le yoga en plein air est maintenant de plus en plus offert par les centres communautaires, gyms, et professeurs privés. Surveillez les parcs près de chez vous pour repérer les instructeurs et centres qui offrent ce type d’activités, et informez-vous auprès des entreprises de vêtements sport, plusieurs d’entre elles comme Lolë ou Lululemon offrent des séances de yoga en plein air gratuit!

  1. Une ligue organisée:

Rien de mieux que de faire partie d’une équipe sportive amicale pour éviter de manquer vos RV sportifs hebdomadaires! Qu’il s’agisse de baseball, soccer, volley-ball, etc., ramasser quelques amis pour un RV hebdomadaire est la meilleure façon de vous garder motivé tout l’été. Pourquoi ne pas finir la partie avec un pique-nique au parc histoire d’étirer le plaisir encore plus longtemps!

Un tournoi de balle molle en l’honneur de Stephen Lisiak

L’été toutes les occasions sont bonnes pour jouer dehors! C’est ce que la famille et les amis de Stephen « Diggs » Lisiak, décédé des suites d’un cancer colorectal en juin 2011 à l’âge de 38 ans, se sont dit.

C’est en mémoire de son défunt mari que Lisa Blobstein a eu l’idée d’organiser le premier tournoi annuel de balle molle qui a eu lieu le 9 juin dernier sous un soleil radieux au parc Alexander à Pierrefonds au Québec. Le goûter était une gracieuseté de Dagwoods et plus d’une soixantaine de personnes étaient au rendez-vous.

Cet événement a permis d’amasser plus de 2 600 $ en dons qui seront remis à l’Association canadienne du cancer colorectal.

Merci pour cette généreuse contribution!

Sommaire des statistiques de cancer colorectal 2012

Sommaire des statistiques de cancer colorectal 2012

Tendance en matière de cancer colorectal

Le taux d’incidence du cancer colorectal entre 1983 et 2000 a été relativement stable chez les hommes et a légèrement diminué chez les femmes. Chez les deux sexes, le taux d’incidence a significativement diminué depuis 2000 (0,8 % par année).

Entre 2001 et 2007 chez les hommes et entre 1998 et 2007 chez les femmes, le taux de mortalité générale a significativement diminué. Les taux ont baissé en moyenne de 2 % par année depuis 2003 chez les hommes. Chez les deux sexes confondus, le cancer colorectal est le troisième cancer le plus répandu, soit à 13 %.

Les Taux de mortalité continus de diminuer chez les deux sexes à 2,6 % par année chez les hommes depuis 2003 et à 1,8 % par année chez les femmes depuis 1998. Le cancer colorectal a un impact significatif sur la mortalité chez les deux sexes confondus, avec 12 % de tous les décès attendus par cancer.

Le dépistage peut réduire le taux d’incidence et la mortalité liée au cancer colorectal (en détectant et en retirant les polypes précancéreux). Le dépistage est déjà en vigueur dans plusieurs provinces, ce qui pourrait être, partiellement la cause d’un déclin de la mortalité. Par contre, les taux de dépistage demeurent faibles. Toutes les provinces ont annoncé ou ont commencé à mettre en oeuvre des programmes de dépistage organisés.

 

Statistiques canadiennes étendues 2012

Cette année, l’on estime que 23 300 Canadiens (13 000 hommes et 10 300 femmes) recevront un diagnostic de cancer colorectal et 9 200 (5 000 hommes et 4 200 femmes) en mourront.

En moyenne, 448 Canadiens recevront un diagnostic de cancer colorectal chaque semaine et 176 en mourront chaque semaine.

Le plus haut taux d’incidence chez les hommes et les femmes se trouve à Terre-Neuve et Labrador. Chez les femmes, l’on retrouve aussi des taux élevés à l’Île-du-Prince-Édouard et en Nouvelle-Écosse. Le taux le plus bas pour les deux sexes se trouve en Colombie-Britannique.

Statistiques provinciales 2012 de cancer colorectal

Alberta

1930 nouveaux cas de cancer colorectal estimés (1100 hommes et 830 femmes).

720 nouveaux décès par cancer colorectal estimés (390 hommes et 330 femmes).

Colombie-Britannique

2850 nouveaux cas de cancer colorectal estimés (1600 hommes et 1250 femmes).

1150 nouveaux décès par cancer colorectal estimés (630 hommes et 520 femmes).

Manitoba

870 nouveaux cas de cancer colorectal estimés (490 hommes et 380 femmes).

330 nouveaux décès par cancer colorectal estimés (180 men and 150 women).

Nouveau Brunswick

590 nouveaux cas de cancer colorectal estimés (340 hommes et 250 femmes).

210 nouveaux décès par cancer colorectal estimés (110 men and 100 women).

Terre-Neuve

530 nouveaux cas de cancer colorectal estimés (310 hommes et 220 femmes).

230 nouveaux décès par cancer colorectal estimés (130 hommes et 100 femmes).

Nouvelle Écosse

860 nouveaux cas de cancer colorectal estimés (470 hommes et 390 femmes).

360 nouveaux décès par cancer colorectal estimés (200 hommes et 160 femmes).

Ontario

8700 nouveaux cas de cancer colorectal estimés (4800 hommes et 3900 femmes).

3450 nouveaux décès par cancer colorectal estimés (1900 hommes et 1550 femmes).

IPÉ

115 nouveaux cas de cancer colorectal estimés (60 hommes et 55 femmes).

45 nouveaux décès par cancer colorectal estimés (25 hommes et 30 femmes).

Québec

6200 nouveaux cas de cancer colorectal estimés (3400 hommes et 2800 femmes).

2450 nouveaux décès par cancer colorectal estimés (1300 hommes et 1150 femmes).

Saskatchewan

730 nouveaux cas de cancer colorectal estimés (420 hommes et 310 femmes).

280 nouveaux décès par cancer colorectal estimés (150 hommes et 130 femmes).

 

(Source:  Statistiques canadiennes sur le cancer 2012 — Société canadienne du cancer, Statistique Canada, Registres provinciaux et territoriaux du cancer, Agence de la santé publique du Canada.)

Plus que 10 jours avant le défi du 5km et 21km Banque Scotia de Montréal

5km ou 21km à la course ou à la marche pour le cancer colorectal

Dans quelques jours, des centaines de participants seront réunis au parc Jean-Drapeau à Montréal dans le cadre du défi caritatif Banque Scotia de Montréal. Cet événement qui regroupe une multitude d’organismes et d’athlètes professionnels et amateurs, comprend un 5km et un 21km que les participants pourront marcher ou courir afin d’amasser des dons pour une cause qui leur tien à cœur.

Donnez généreusement!

Si vous ne participez pas au défi cette année, vous pouvez tout de même faire un don à l’équipe de l’Association canadienne du cancer colorectal, en vous rendant directement sur le site du défi Banque Scotia à l’adresse suivante : http://www.canadarunningseries.com/monthalf/.

Plusieurs de nos employés y participeront, ainsi que des personnes touchées par cette maladie et dont l’implication nous permet d’amasser de précieux dons afin de soutenir nos programmes de sensibilisation, d’éducation et de défense-action.

Courir pour la cause et pour le plaisir

La beauté de ce défi est qu’en participant à amasser des dons pour l’ACCC, vous donnez l’exemple en sensibilisant le public à l’importance de l’activité physique dans la prévention du cancer colorectal. Que ce soit la course ou la marche, la pratique d’une activité physique d’intensité modérée au quotidien, vous permet de diminuer considérablement vos chances de développer la maladie.

Il est encore temps de s’inscrire

Vous êtes courageux? Pourquoi ne pas vous inscrire à un 5km marche! Il est encore temps de vous joindre à nous et même de former une équipe, mais faites vite, car les places sont limitées. Venez marcher avec des centaines d’autres personnes qui prennent plaisir à pratiquer une activité physique pour faire parler d’une bonne cause!

Courir pour le cancer colorectal est un bon moyen d’amasser des dons pour une cause qui touche prêt de 1 femme sur 15 et 1 homme sur 14 au Canada, faisant de ce cancer le deuxième plus meurtrier au pays.

Venez nous saluer sur la ligne d’arriver le 29 avril.

Au nom de l’ACCC, bonne chance aux participants!

Ne laissez pas vos bonnes resolutions glisser sous le tapis!

Si vous êtes comme la majorité de la population, l’une de vos résolutions pour l’année 2012 est sans doute de perdre du poids ou du moins de vous mettre en forme. Malheureusement, quelques accumulations de neige et les périodes de grands froids pourraient vous encourager à passer davantage de temps dans votre salon dans le confort de vos vieilles habitudes. Ne laissez pas l’hiver vous décourager de mettre le nez dehors, vous découvrirez peut-être une nouvelle passion pour la blanche saison.

 

Selon la Canadian Fitness and Lifestyle Research Institute, 61 % des adultes âgés de 18 ans et plus sont considérés comme étant insuffisamment actifs, et par conséquent à haut risque de développer des maladies chroniques comme le cancer colorectal.

 

En ce début d’année, faites baisser les statistiques et pour votre santé restez fidèle à votre programme d’entrainement tout en y ajoutant les bienfaits d’une bouffée d’air frais. Afin de vous inspirer à devenir actif et à sortir de votre salon malgré l’hiver, voici quelques exercices et activités amusantes pour tous, à pratiquer par temps froid!

 

La raquette

Oubliez les traditionnelles raquettes en babouches, la technologie a évolué depuis belle lurette et la raquette est aujourd’hui un sport d’hiver populaire et branché. Cardiovasculaire, simple et accessible, votre promenade peut être plus ou moins intense selon vos préférences. Plus simple et sécuritaire que le ski alpin et la planche à neige, nul besoin d’instructeur et vous brulerez entre 500 et 800 calories à l’heure en plus de profiter de la nature ambiante.

 

Marche et randonnée

Échangez vos espadrilles de course pour des bottes de randonnée et redécouvrez vos sentiers préférés sous un nouveau jour nouveau tout en blanc.

 

Patin à glace

Trouvez la patinoire la plus près de chez vous et enfilez vos patins. Ce sport vous apportera équilibre et endurance musculaire. Profitez des soirées d’hiver et patinez en amoureux, en famille et entre amis.

 

Hockey

Le sport national des Canadiens qu’il soit pratiqué avec ou sans patin combine les bienfaits du patin et de l’esprit d’équipe. Habillez-vous, motivez-vous, entrainez quelques amis et embarquez sur la glace pour une session de force et d’endurance musculaire très cardiovasculaire!

 

Curling

Croyez-le ou non, plus d’un million de Canadiens « curl » au moins une fois par année dans l’un des 1 200 country club du pays. Le mouvement du lancer de la pierre favorise l’ouverture des hanches, la force musculaire et l’étirement du dos et des jambes, sans oublier le balayage qui augmente la fréquence cardiaque et l’endurance musculaire. Essayez-le, vous tomberez peut-être sur un nouveau coup de coeur.

 

Ski

Si vous optez pour le ski de fond, vous travaillerez surtout votre endurance cardiovasculaire alors qu’avec le ski alpin vous renforcerez vos muscles du bas du corps, du dos et des abdominaux. Dans l’un ou l’autre de ces sports, vous avez toujours le choix d’adapter le rythme à vos capacités. Profitez d’une soirée douce et enfilez vos skis de fond et votre lampe frontale pour une balade nocturne en amoureux, à la belle étoile.

 

Planche à neige

La planche à neige a beaucoup gagné en popularité au cours des dernières années. Tout comme le ski alpin, vous travaillerez votre équilibre et votre endurance musculaire. Que vous soyez expert ou débutant, il y a des pistes pour tous les niveaux. Quoi de mieux que de retrouver famille et amis autour d’un bon feu de bois après une journée à dévaler les pistes?

 

Glissade, « crazy-carpet » et tube

Retombez en enfance et dévalez simplement la montagne la plus près de chez vous! Toutes les activités sportives comptent au maintien d’une bonne santé, y compris une journée de glissade avec… ou sans les enfants!

 

Pelleter

Cette corvée que personne n’aime est un exercice intense qui vous permettra de travailler votre force et votre endurance musculaire ainsi que votre capacité cardio-vasculaire. Cette tâche nécessaire ne devrait pas être reléguée au petit voisin, mais elle devrait plutôt être un plus dans votre routine d’entrainement.

 

Quelques suggestions:

–          Entrevue de Nathalie Lambert : Dix trucs pour réussir vos résolutions santé en 2012 http://bit.ly/Aqd2bB

–          Location d’équipement : La Cordée http://bit.ly/ADecg5 MEC http://bit.ly/yF39HU Les amis de la montagne http://bit.ly/xsw4w2

–          Pour la glissade : http://bit.ly/zxjMcN

L’importance d’un système immunitaire en santé!

L’importance d’un système immunitaire en santé!

Qu’est-ce que le système immunitaire?

Le système immunitaire est un système biologique dont le rôle principal est de protéger notre corps contre les agressions extérieures. Ces agressions peuvent être de l’ordre des microbes comme les virus, les bactéries, les champignons, les parasites ou de l’ordre des cellules cancéreuses ou des corps étrangers (aussi bien une simple écharde que des organes greffés par exemple)[1]. Ce système complexe et extrêmement sophistiqué est une partie intégrale de notre santé. Sans système immunitaire, nous ne pourrions survivre au monde extérieur qui, sans que nous ne le sachions, assaille notre corps chaque jour.

Le système immunitaire est un système très complexe composé de barrières physiques comme la peau et les muqueuses et d’une multitude d’autres éléments tels que les amygdales, le thymus, la moelle osseuse, la rate, les ganglions lymphatiques et le système lymphatique. Lorsque le système immunitaire est affaibli, le corps est exposé aux virus et aux bactéries qui peuvent nous rentre malade. C’est pour cette raison par exemple que les personnes souffrant de brulures graves sont plus susceptibles aux infections, car la peau, une fois brulée, ne peut plus jouer son rôle de barrière protectrice. Or, il en va de même pour les personnes malades ou âgées chez qui l’on note une diminution significative de l’efficacité du système immunitaire. C’est alors qu’une infection ou un virus banal comme celui de la grippe peut dégénérer au point d’empirer l’état du patient, et ce, jusqu’à la mort. Les infections seront également plus fréquentes et plus difficiles à soigner chez un individu dont le système immunitaire est affaibli par une mauvaise hygiène de vie. Ainsi, une personne fumeuse et sédentaire, par exemple, contractera la même grippe qu’une personne active et non fumeuse sauf qu’il lui en faudra deux fois plus de temps pour s’en remettre. De plus, l’infection sera généralement plus grave et plus pénible pour la personne en moins bonne santé.

Prendre soin de ses défenses pour être en bonne santé!

Le système immunitaire comme toutes les composantes de la santé fait partie d’un tout. Or, lorsque nous sommes stressés, fatigués, sédentaires, etc., nous mettons en péril l’efficacité de notre système de garde naturel. Bien sûr, sans que les chercheurs en connaissent la cause exacte, certain individu ont un système immunitaire plus faible que d’autre et sont donc plus enclin à contracter certaines infections comme le rhume ou la grippe. D’ordre général, notre mode de vie est un facteur déterminant dans l’état et l’efficacité de notre système immunitaire.

Les éléments pouvant réduire l’efficacité du système immunitaire

Certaines habitudes de vie peuvent effectivement nuire au bon fonctionnement de notre système immunitaire, qu’il soit naturellement fort ou non.

–          Le manque de sommeil

–          Le stress

–          Le manque d’activité physique tout comme le surentraînement

–          Une alimentation pauvre en fruits et légumes, en grains entiers, en fer et autres nutriments essentiels.

–          Certains traitements contre le cancer ou toutes autres interventions médicales telles qu’une chirurgie ou la prise de certains médicaments.

–          L’exposition prolongée à certaines toxines comme les produits de nettoyage domestique, les insecticides, herbicides, etc.

–          L’exposition à des moisissures, bactéries, fumée de cigarette, etc.

–          L’obésité

–          La dépression

Quand le système immunitaire est en dépression

Les personnes suivant certains traitements de chimiothérapie contre le cancer peuvent être sujettes à connaître une dépression de certains paramètres leur système immunitaire, entrainant une plus grande vulnérabilité aux infections.

La chimiothérapie a pour effet de détruire les cellules cancéreuses, mais elle ne fait pas la différence entre les cellules saines (qui sont produites pour remplacer les cellules mortes) et les cellules cancéreuses. Lorsque les médicaments « chimio thérapeutique » s’attaquent aux cellules en reproduction de la moelle osseuse (cette partie de l’os responsable de la fabrication des globules rouges (érythrocyte), des globules blancs (leucocytes) et des plaquettes (thrombocyte), les dommages causés par ceux-ci peuvent entrainer une baisse de la numération des globules blancs.[1]   Les globules blancs, qui normalement se multiplient en cas d’infection ou d’inflammation, sont responsables de combattre les infections et autres intrus pouvant s’être logés dans le corps. Imaginez de petits « soldats » du système immunitaire prêt à attaquer à tout moment. La baisse de la numération des globules blancs dans le sang entraine une diminution de l’efficacité au combat de notre système de défense et offre ainsi une opportunité aux ennemies comme le feu sauvage, les champignons buccaux et la grippe, d’attaquer.

Cette vulnérabilité, loin d’être banale, peut parfois être fatale pour le patient, d’où l’importance d’appliquer les méthodes préventives de bases telles que le lavage fréquent des mains, éviter tout contact avec des personnes malades ou contagieuses, la vaccination dans certains cas et bien suivre les consignes de son médecin.

Des façons de « booster » son système immunitaire

La meilleure façon de garder son système immunitaire en santé est de maintenir un rythme de vie équilibré. Favoriser une alimentation saine et variée, rester actif, ne pas fumer, avoir une vie sociale bien remplie, avoir un sommeil réparateur et gérer adéquatement son stress, voilà le secret d’une santé de fer!

Quoi penser des remèdes que l’on trouve sur les tablettes?

Nos pharmacies regorgent de produits naturels pour « renforcer son système immunitaire ». Que devrait-on en penser? Difficile de s’y retrouver avec la panoplie de produits sur le marché.

Les compagnies pharmaceutiques ont bien compris l’engouement pour les produits naturels permettant de renforcer le système immunitaire. Plusieurs produits comme les pros biotiques, l’échinacée, l’ail, le gingembre, le zinc, etc. sont reconnus pour avoir une certaine efficacité au niveau du renforcement du système immunitaire. Pour s’y retrouver, consultez toujours votre pharmacien, surtout si vous prenez d’autres médicaments ou êtes en traitement contre le cancer, car malgré que ces produits soient ‘’naturels’’ il n’en demeure pas moins qu’ils peuvent avoir des effets indésirables, voir néfaste et interagir avec votre médication. De plus, l’efficacité de plusieurs de ces produits a souvent été mise en cause par des études divergentes et contradictoires. Quoi qu’il en soit, il importe d’être vigilant et bien informé lorsque vous prévoyez consommer des produits de santé naturels, sans quoi vous risquez d’être déçu.

Pour en apprendre davantage sur les produits naturels (entrevue à l’émission l’après-midi porte conseil à la radio de radio Canada) :

–          http://www.radio-canada.ca/emissions/lapres-midi_porte_conseil/2011-2012/chronique.asp?idChronique=180161

–          http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2011/CBF/LapresmidiPorteConseil201110251308_3.asx

Quelques suggestions de lecture :

–          ‘’Stimulez votre système immunitaire’’, Isabelle Huot et Denis Roy, Éditions de l’Homme, 2008, 224 pages.

–          ‘’Renforcez votre système immunitaire’’, Elle Brown
Broquet, 2009, 208 pages.

–          ‘’Renforcez votre système immunitaire’’, Collectif, Sélection du Reader’s Digest, 2006, 320 pages.

–          ‘’Mieux connaître son système immunitaire’’, Francesco Bottacciolli, Dauphin, 2006, 172 pages.

‘’Renforcez votre immunité’’, Bruno Comby, édition de l’Homme, 1994, 252 pages.



[1] http://www.colorectal-cancer.ca/fr/traitement-cancer/options-traitement/#s21



[1] Passeport santé/renforcer son système immunitaire

 

La journée nationale du sport : Le 17 septembre

La journée nationale du sport : Le 17 septembre

Saviez-vous que le 17 septembre prochain sera la journée nationale du sport?

Guidée par le comité de la Semaine du sport au Canada et organisée par CBC Sports, Radio-Canada Sports, ParticipACTION et Sport pur, la journée du sport se veut un rassemblement national festif autour du sport.

Faites du 17 septembre une excuse pour découvrir

Que vous soyez un adepte de l’activité physique intense ou non, vous pouvez profiter de cette grande célébration du sport qu’est le 17 septembre,  pour participer à une panoplie de journées portes ouvertes et d’essais gratuits, présentant des sports de tous les niveaux. Cette journée sera la clôture d’une semaine  remplis d’évènements et  d’actions sportives à travers le pays. Laissez la paraisse de côté et plongé dans cet engouement pour le sport le temps d’une journée!

University of Alberta - Jersey Day 2010

Saviez-vous que : L’inactivité physique est un facteur de risque lié au développement du cancer colorectal?

En effet, nous savons que l’inactivité physique est un facteur de risque accru lié au développement du cancer colorectal. On estime qu’en 2011, il y aura 22 200 nouveaux cas de cancer colorectal au Canada[1].La bonne nouvelle est que ce facteur de risque important est modifiable! Il s’agit de vous activer un peu pour diminuer considérablement vos chances de développer la maladie.

Plusieurs autres facteurs de risques liés au mode de vie ont également été identifiés tels que :

  1. Alimentation faible en fruits et légumes
  2. Obésité
  3. Alimentation riche en viande rouge
  4. Consommation de viandes transformées
  5. Alcool
  6. Alimentation faible en fibres

Vous pouvez porter des actions concrètes et simples pour réduire ces facteurs de risque. En encourageant votre entourage à adopter de saines habitudes de vie, vous contribuez à la prévention du cancer colorectal, la deuxième cause de mortalité par cancer au Canada.

Profitez de la journée du sport pour entraîné votre entourage à opter pour un mode de vie actif!

Pour plus d’informations à propos de la journée du sport, pour créer ou assister à un évènement, consultez le site : http://journeedusport.radio-canada.ca/home

 

Sources : Société canadienne du cancer, http://info.cancer.ca/cce-ecc/default.aspx?Lang=F&toc=13

Participaction, http://www.participaction.com/fr-ca/Home.aspx

Association canadienne du cancer colorectal : http://www.colorectal-cancer.ca/en/

 



[1] Société canadienne du cancer, http://info.cancer.ca/cce-ecc/default.aspx?Lang=F&toc=13