Le récit de Becky (Pink) de Champlain

Le cancer colorectal est souvent silencieux et sournois, je peux en témoigner. À l’âge de seulement 30 ans et avec pratiquement aucun symptôme ou historique familial de cancer, j’ai été diagnostiqué avec un cancer colorectal de stade IV. J’ai une dette de gratitude envers mon médecin de famille qui, par accident (ou par intervention divine), a exigé un examen de laboratoire sur des tests sanguins routiniers de cancer colorectal qui semblaient suspicieux. Elle, ainsi que de nombreux spécialistes, a tenté de me rassurer en me disant qu’il était très rare de voir une telle maladie se développer à mon âge. Par contre, mon insistance à subir des tests plus poussés a été justifiée lorsqu’une tumeur au côlon a été détectée lors d’une colonoscopie.

 

Il s’en est suivi une série de tests et de rendez-vous chez le médecin. Malgré des métastases (tumeurs s’étend rependu à l’extérieur du côlon) détectées dans mon foie et au niveau des ganglions lymphatiques, mes médecins étaient persuadés que j’aurais de bonnes chances de surmonter la maladie avec la chirurgie et des traitements de chimiothérapie. C’est ainsi que tout a commencé. En février 2010, j’ai reçu une chirurgie afin d’enlever la moitié de mon côlon et le deux tiers de mon foie. Après six semaines de convalescence, j’ai commencé une période de chimiothérapie de six mois. Cela a été très éprouvant pour mon corps et un réel défi pour mon esprit. D’un point de vue positif, le temps passé sans travailler m’a permis de passer davantage de temps avec mon plus jeune fils (qui n’avait pas encore deux ans lorsque j’ai été diagnostiquée) et de profiter de moments de joie et de qualité à notre chalet familial.

 

Aujourd’hui, deux ans plus tard, malgré une rechute l’année dernière, lorsqu’une autre tumeur a été détectée dans mon foie, je me sens bien et le pronostique est positif. Ce ne sera pas avant plusieurs années que je saurai si je suis guérie du cancer et c’est pourquoi je continue de vivre au rythme d’une montagne russe de tests sanguins et de dépistage à la recherche d’un signe quelconque, d’un retour du cancer dans mon corps. Je souligne le soutien de mes chers amis, ma famille et mes collègues qui m’ont aidée durant les moments difficiles. Je me suis engagée à amasser des dons et à promouvoir la sensibilisation au cancer colorectal en encourageant le dépistage. J’ai bénéficié du soutien des programmes d’éducation offerts par l’Association canadienne du cancer colorectal après être devenus membre peu de temps suivant mon diagnostic. Je suis fière d’être impliquée pour une deuxième année avec le défi ski « Get up there! » qui apporte de généreux dons aux organismes et contribue au maintien des campagnes de sensibilisation.

 

La vie est remplie de défis, mais aucun n’est insurmontable. Je suis de nouveau impatiente d’atteindre le sommet du mont Wentworth, ma famille et mes amis à mes côtés.

 

 Si vous souhaitez partager votre histoire de courage et d’espoir, afin de nous aider à encourager quelqu’un dans sa bataille contre cette maladie, veuillez nous envoyer votre récit à l’adresse suivante kristah@colorectal-cancer.ca.