Mon nom est Sid Chapnick et je suis un survivant du cancer colorectal de stade 2. J’ai été diagnostiqué en 2007 et j’ai subi des traitements de chimiothérapie (xeloda) et de radiothérapie.

J’aimerais vous inviter à participer au 5e défi annuel de marche/course Kick Butt, pour le cancer colorectal et aussi partager combien je suis enthousiaste d’avoir été invité à raconter mon histoire personnelle. Mon histoire a commencé il y a 5 ans, lors de ma première rencontre avec le groupe de soutien Cancer Care au Manitoba. Après avoir mentionné que j’avais été jadis un coureur, avant le premier marathon du Manitoba en 1979 et que j’avais couru trois demi-marathons en 2006, le défi Kick Butt est né. J’avais mentionné que je n’avais jamais entendu parler d’une marche ou d’une course pour le cancer colorectal et que je souhaitais organiser une course afin d’aider à promouvoir la sensibilisation à cette maladie.

Ma première coprésidente, la regrettée Kait Arnot, était tout à fait le genre de femme à qui vous ne pouvez dire non! Dès que j’ai mis les pieds à cette première réunion au Cancer Care, elle me tendit une chemise d’informations de l’Association canadienne du cancer colorectal ainsi qu’une épinglette bleue à l’effigie du cancer colorectal. Et puis, prenant l’affaire en main, elle me téléphona le lendemain pour me dire qu’elle m’aiderait à organiser la course. Le succès de cette première course nous a surpris avec 200 participants et 25 000 $ amassés pour l’ACCC au Manitoba.

Don Hutton a été un autre fonceur qui a travaillé fort en tant que coprésident et commanditaire. Don a consacré sa bataille contre le cancer à plaider pour le financement du traitement par Avastin et à remplir son rôle de mentor bénévole pour l’ACCC. Avec lui comme coprésident, nous avons réuni plus de 300 participants et amassé un peu moins de 50 000 $.

Avant de poursuivre, je m’en voudrais de ne pas vous présenter notre porte-parole pour la course. Celle que nous souhaitons voir comme étant le visage du cancer colorectal, Lara-Lea Avery, son mari Dale et son fils Riley. Lara-Lea a été diagnostiqué lorsqu’elle avait 29 ans. Comme elle le dit, elle aimerait que le message entendu soit le suivant « Cette maladie peut frapper n’importe qui à n’importe quel âge ».

Bien sûr, je lis tout ce je peux me procurer concernant le cancer colorectal. Les recherches mentionnent que la vitamine D et une petite dose d’aspirine par jour peuvent aider à prévenir la réapparition du cancer colorectal, ainsi je prends ma dose quotidienne de vitamines. Une autre étude a démontré (lorsque je suivais mon régime de soupe le mois précédant ma chirurgie) que suivre un régime méditerranéen pouvait aider à prévenir la réapparition du cancer colorectal métastatique de stade III. J’ai donc suivi un régime pratiquement sans viande rouge depuis la publication de cette étude.

Faire du bénévolat en tant que mentor en cancer pour l’ACCC et essayer de promouvoir la sensibilisation au Manitoba à propos de cette terrible maladie occupe la plupart de mon temps. Je n’avais jamais pensé passer autant de temps à discuter de tout ce qui a trait aux intestins! J’en connais maintenant beaucoup sur la coloscopie, les hémorroïdes, les flatulences et la constipation. Ajouter à cela un nombre égal de conversations à propos du dépistage précoce du cancer colorectal, ce qui fait que chaque jour compte pour l’avenir.

Merci de m’offrir l’opportunité de partager mon histoire avec vous.

Sid